Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lalettrine.com

Anne-Sophie Demonchy
Des livres, des films, des expos et bien plus encore...

 

Mail : annesophiedemonchy [a] lalettrine.fr

Twitter : @asdemonchy

Mon CV : annesophiedemonchy.com

 

 

768 000  lecteurs et
plus de 230 livres chroniqués
depuis le 21 août 2006

follow-me-twitter.png

Recherche

Ma bibliothèque

Mes livres sur Babelio.com

Archives

Infos







logo-lettrine-negre-litteraire.jpg

 

 

classement-lettrine.jpg

 





24 septembre 2014 3 24 /09 /septembre /2014 12:36

cantal.jpgVoici enfin un livre de la rentrée littéraire que je peux vous conseiller : Joseph  de Marie-Hélène Lafon (aux éditions Buchet Chastel). Pour ceux qui me suivent depuis longtemps, vous savez combien je suis sensible à l’univers rural et austère de l’auteur de L’Annonce ou des Pays.

 

Comme dans chacun de ses romans, Marie-Hélène Lafon y évoque le Cantal. Cette fois, elle fait le portrait de Joseph, un ouvrier agricole d’une cinquantaine d’années. Discret, l’air de rien, il observe les autres, ce monde paysan qui disparaît chaque jour un peu plus. Il ne juge pas, ne prend pas parti pour la modernité ou le respect de traditions : il ne fait que constater une évolution inéluctable.

 

Contrairement à Paul, dans L’Annonce, Joseph n’a pas réussi à trouver une femme pour l’accompagner dans son quotidien. Il a bien essayé avec Sylvie mais cela n’a pas fonctionné. Tous deux se sont perdus dans l’alcool et depuis Joseph en est à sa troisième cure.

 

Alors que Joseph est doux et généreux, il est très seul. A la mort du père, sa mère décide de rejoindre son autre fils près de Rouen. Ce dernier a voulu fuir le Cantal et cette vie trop monotone. Comme de nombreux « jeunes », il remet en cause cette façon de vivre à la campagne : le fils du patron de Joseph, par exemple, aimerait reprendre à sa façon l’exploitation familiale. Il souhaite moderniser la profession en travaillant en collaboration avec les autres agriculteurs, en renonçant à des activités peu rentables comme la fabrication du Saint-Nectaire. Et surtout, il voudrait épouser une fille qui ne travaillerait pas sur l’exploitation, ce que ne peuvent comprendre ses parents convaincus que la femme doit aider son mari dans son travail. Quant à Joseph, lui écoute, mais on ne saura pas ce qu’il pense. Il appartient à cette culture pétrie de traditions, ne la remet pas en question mais ne l’idéalise pas non plus.

 

Au-delà de ces considérations sur la vie moderne, Joseph se replonge dans ses souvenirs. Il évoque sa famille, son parcours d’ouvrier agricole, des scènes plus ou moins terribles. Toutefois, Marie-Hélène Lafon dont j’admire le style sobre et poétique, se veut toujours subtile dans le récit des souvenirs : elle évoque sans raconter ; elle ne s’appesantit pas sur les scènes, elle suggère. Cette prose si singulière fait bien sûr penser à Flaubert et en particulier à sa nouvelle Un cœur simple. On retrouve d’ailleurs des allusions dans le texte : une des patronnes se nomme Mme Aubain, la mère de Joseph, Félicité, et un perroquet apparaît à quelques pages de la fin ! Cet hommage n’est pas vain car les deux textes (courts) sont empreints d’une même nostalgie voire tristesse. Comme Félicité, Joseph n’est pas un héros haut en couleur, c’est un homme simple et modeste, à l’instar de ce roman magnifique.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne-Sophie - dans Vraiment bien !
commenter cet article

commentaires

This website 28/12/2015 07:19

This website was... how do you say it? Relevant!! Finally I've found something that helped me. Appreciate it!

http://marmeren-werkbladen.nl 13/12/2015 11:11

Hi, Nice work, I've bookmarked this page and have a feeling I'll be returning to it regularly.

graniet tafelblad 08/05/2015 11:41

Well, very good post with informative information. I really appreciate the fact that you approach these topics from a stand point of knowledge and information. This is the first time, I visited at your site and became your fan. You are bookmarked. Please keep on posting.

Louise 28/09/2014 09:29


J'ai été extrèmement déçue par ce roman. Je ne suis pas sensible au style de cet écrivain et je me suis ennuyée tout au long de la lecture. Je vais relire les coeurs simples et je pense ne pas
être déçue par Flaubert car c'est incomparable. Je trouve trop d'incohérence dans son roman et le monde quel décrit appartient au passé .

Nicole Giroud 25/09/2014 18:00


Merci beaucoup d'avoir mis en valeur la prose dense de silences de Marie-Hélène Lafon.


Le rapprochement avec Flaubert, clins d'oeil à l'appui que vous avez fort bien soulignés se justifie pleinement. Une dure vie au service de la terre mais Joseph est également le témoin d'un monde
qui se transforme en profondeur. Toujours cette façon subtile de Marie-Hélène Lafon de montrer en peu de mots la complexité des situations.


Joseph figurera prochainement dans mes lectures. Encore merci pour cette belle incitation!