Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lalettrine.com

Anne-Sophie Demonchy
Des livres, des films, des expos et bien plus encore...

 

Mail : annesophiedemonchy [a] lalettrine.fr

Twitter : @asdemonchy

Mon CV : annesophiedemonchy.com

 

 

768 000  lecteurs et
plus de 230 livres chroniqués
depuis le 21 août 2006

follow-me-twitter.png

Recherche

Ma bibliothèque

Mes livres sur Babelio.com

Archives

Infos







logo-lettrine-negre-litteraire.jpg

 

 

classement-lettrine.jpg

 





20 octobre 2013 7 20 /10 /octobre /2013 11:49

sorj-chalandon-le-quatrieme-mur.jpgEn cette rentrée littéraire, j’ai eu un coup de foudre, un vrai, un de ceux qui vous dévaste et vous laisse sonné. Ce coup de foudre, je le dois au dernier roman de Sorj Chalandon : Le Quatrième Mur (Grasset). Certains sont déçus : ce n’est pas une vraie découverte, les critiques sont unanimes, le roman est en lice pour le Goncourt. Justement, ce roman est remarquable, et ne se limite pas à une simple lecture. Il s’adresse aux adultes comme aux adolescents et croise des thématiques aussi vastes que le théâtre, la guerre, l’amitié. Mais plus encore, le lecteur est invité à lire le destin d’un homme qui va jusqu’au bout de son engagement et ne parvient pas à revenir des Enfers, parce que la vie lui semble devenue insipide.


Comme vous le savez certainement, Sorj Chalandon est un ancien reporter de guerre. Au lieu de faire le récit de sa propre expérience, il choisit de créer son double : Georges, qui ne s’est pas journaliste mais simple metteur en scène amateur. Celui-ci  accepte l’idée folle de son meilleur ami, celle de monter la pièce Antigone  à Beyrouth. L’histoire se situe dans les années 1980, pendant la guerre au Liban. Georges n’a jamais mis les pieds dans un pays en guerre et n’a que peu d’expérience de la mise en scène. Mais il a fait une promesse à son ami, cloué dans un lit d’hôpital en soins palliatifs. Comment décevoir Sam qui, lui, est un véritable héros ? Grand metteur en scène, il s’est battu pour de nombreuses causes et  a été torturé sous la dictature des colonels. Donc, malgré la folie du projet, Georges accepte de partir pour Beyrouth en 1982. Mais pourquoi jouer Antigone ?


Souvenez-vous, Antigone a été créée par Anouilh et représentée pour la première fois en 1944 pendant l'Occupation allemande. Ce sont les fameuses affiches rouges demandant la condamnation des vingt-trois résistants qui ont inspiré Anouilh. Son Antigone sera une résistante préférant la mort à l’injustice. Il espère ainsi réveiller les consciences et offrir, le temps d’une représentation, un moment de répit. Et cela fonctionne : d’un côté, les Français applaudissent car ils se reconnaissent à travers Antigone ; de l’autre, les Allemands défendent le roi Créon qui impose la loi.  Précisément, Sam et Georges ont ce même rêve. Georges doit donc trouver des hommes et des femmes issues des différentes obédiences présentes à Beyrouth pour les convaincre de jouer un rôle dans la pièce. Ainsi, Antigone sera incarnée par une Palestinienne sunnite et son oncle, le roi Créon, par un chrétien maronite. C’est alors que l’on perçoit toute la complexité et l’ambiguïté de la pièce d’Anouilh : les différents comédiens acceptent de jouer car ils ont leur propre interprétation en fonction de leur personnage. L’acteur interprétant Créon est un Chrétien, il se reconnaît dans ce personnage qui est le garant  de l’ordre tandis que la Palestinienne interprétant Antigone se reconnaît dans cette jeune fille rebelle acceptant la mort plutôt que de renier ses convictions.


D’emblée, j’ai évoqué le public visé par ce roman car il me semble particulièrement intéressant que les lycées puissent étudier de façon croisée Antigone et Le Quatrième Mur qui offre une nouvelle interprétation du mythe. Surtout, Chalandon propose une utopie : est-il possible que, le temps d’une représentation théâtrale, Palestiniens, Chrétiens,  Phalangistes et Druzes s’accordent un moment de trêve ?


Mais rien ne se passe comme Georges et Sam l’on imaginé : la représentation d’Antigone ne pourra pas avoir lieu à cause du massacre du camp palestinien de Chatila en septembre 1982. Les pages décrivant la découverte de ces tueries sont terribles et émouvantes. Sorj Chalandon apparaît clairement derrière ces descriptions si réalistes. Dans cette deuxième partie du roman, il pousse son personnage à la folie. Car Georges ne parvient pas à sortir de cette guerre. Il a beau avoir quitté le Liban et retrouvé sa famille, la guerre lui colle à la peau : il ne s’habitue pas à la banalité du quotidien et à ses petites misères. J’ai aussitôt repensé à Primo Lévi, Robert Anthelme et aux témoignages de certains déportés expliquant combien il était difficile de revenir à « la vie normale ». Et Georges semble ne pas en être capable. Il est cette Antigone qui n’accepte pas l’existence telle qu’elle se présente, il refuse le compromis dans lequel il se trouve : fuir la guerre et revenir, en France, en paix. Sorj Chalandon a accepté ce dilemme, mais a voulu aller au bout de la nuit avec Georges.


Le Quatrième Mur est un roman sublime, profond qui m’a bouleversée et que je vous recommande sans aucune réserve.

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne-Sophie - dans Vraiment bien !
commenter cet article

commentaires

marjulora 21/03/2015 15:15

Bonjour,
Un projet m'a été confié concernant le 4ème mur.
Je dois en effet réaliser (dans le cadre de mes études) une première de couverture pour ce livre.
Je dois m'appuyer sur des métaphores du livre, de telle sorte que, un lecteur lisant le titre et voyant la couverture se demande le lien et ai envie de le lire.
Pouvez-vous me donner quelques idées?
( j'avais pensé au passage de la tomate du livre lorsqu'il doit prononcer le mot)
Merci d'avance

Chlo 11/08/2014 23:07


Sorj Chalandon a été révélé par le concours du Premier Roman, organisé par l'association Lecture en Tête. Je l'ai rencontré une fois, c'est quelqu'un de très accessible et gentil.


Bonne continuation :)

Angie 31/03/2014 16:29


Bonjour,


 


J'ai vu sur votre site web que vous chroniquiez des romans. J'ignore si ce nom vous dit quelque chose, mais
l'auteur Marie Caron vient de publier un drame répondant au nom de : « Maintenant et à travers les temps ». Je vous laisse découvrir ci-après le synopsis :


 


Un soir de janvier glacial et enneigé, Antoine Morel, chirurgien à l'hôpital
Saint-Gabriel, emprunte, comme chaque jour, la nationale 67 qui le ramène chez lui, au Mont Cassel. Pressé de retrouver la chaleur de sa demeure, Antoine oublie ce soir-là ses règles de bonne
conduite et devient le pantin d'une mauvaise attraction. Quand il se réveille à l'hôpital quelques heures plus tard, il découvre avec stupeur qu'il a mis une vie en danger. De qui s'agit-il ?
Est-ce l'œuvre de Kismet* ? 

*Kismet : terme utilisé en turc et dans le monde arabe pour se référer au destin.


 


Je vous communique également des liens susceptibles de vous intéresser :


 


http://www.mariecaron.net/


 


http://www.amazon.fr/Marie-Caron/e/B00EDH2YBE/ref=ntt_dp_epwbk_0


 


www.facebook.com/Marie.Caron.Ecrivain


 


En effet, vous trouverez ma démarche sans doute audacieuse ou culottée... mais, je suis les actualités de cette
romancière depuis ses débuts et je dois avouer que ses écrits mériteraient qu'on fasse sur eux la lumière qu'ils méritent. J'ai été bouleversé par l'histoire d'Antoine Morel et je vous invite à
découvrir ce récit. J'ignore quel genre de livre vous aimez, mais comme il m'est arrivé de le lire ou de l'entendre : il ne faut pas seulement donner aux lecteurs ce qu'ils aiment mais aussi ce
qu'ils pourraient aimer. Je trouve que ce serait vraiment formidable pour cette auteure qu'on parle de son livre et d'en faire une chronique.


 


J'espère ne pas vous avoir déranger avec ce message. Je comprendrai que vous puissiez ne pas apprécier les
posts « publicitaires ».


 


Mais, vous savez ce que c'est, quand on est fan de quelqu'un... :)


 


Je vous souhaite une bonne journée,


 


Amicalement,


 


 


A.

will 06/11/2013 09:41


Histoire(S) croisée(s) prenantes, personnages attachants. Les phrases sont courtes tranchantes percutantes. Que doi-je louer ? Ce livre est un livre articulé, les phrases avancent. Les phrases
nous emmènent et l'on tourne les pages sans voir les minutes s'écouler. Sorj CHALANDON est un scénariste qu'un collègue m'a fait découvrir en me parlant de " Mon traître" et de " Retour à
Killybegs". Non seulement ses 3 derniers livres m'ont plu mais pas que. Je les conseille.

A.T. 23/10/2013 12:23


Livre merveilleux ! Je suis d'accord avec vous Anne-Sophie, c'est un roman bouleversant.