Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lalettrine.com

Anne-Sophie Demonchy
Des livres, des films, des expos et bien plus encore...

 

Mail : annesophiedemonchy [a] lalettrine.fr

Twitter : @asdemonchy

Mon CV : annesophiedemonchy.com

 

 

768 000  lecteurs et
plus de 230 livres chroniqués
depuis le 21 août 2006

follow-me-twitter.png

Recherche

Ma bibliothèque

Mes livres sur Babelio.com

Archives

Infos







logo-lettrine-negre-litteraire.jpg

 

 

classement-lettrine.jpg

 





13 octobre 2013 7 13 /10 /octobre /2013 14:02

la-confrerie-des-chasseurs-de-livres-9782330022617_0.gifS’il est une très bonne nouvelle en cette rentrée littéraire, c’est l’émergence de romans français qui sont moins autocentrés. J’avoue avoir eu une certaine lassitude à l’égard de ces autofictions, plus ou moins masquées, dans lesquelles l’auteur se déversait prodigieusement.


Dans la sélection « Talents à découvrir Cultura », un roman m’a particulièrement enthousiasmée par son panache et  son érudition : La Confrérie des chasseurs de livres de Raphaël Jerusalmy. Ce normalien a voulu nous raconter l’histoire du livre et a pris pour prétexte la disparition du poète François Villon après avoir été condamné à l’exil. Puisque l’on ne sait rien de sa vie après sa libération de prison, Jesusalmy s’est donc emparé de son destin, et quel destin !


L’histoire commence en prison, dans la geôle de Villon condamné à être pendu. Un émissaire du roi Louis XI vient lui rendre visite pour lui proposer un marché : sa libération contre un service. Le poète doit convaincre un imprimeur allemand de s’installer à Paris pour combattre la censure papale. Villon accepte aussitôt et se retrouve en route pour une foultitude d’aventures à Jérusalem, accompagné de son ami maître Colin. On découvre alors la Jérusalem d’en bas de l’époque médiévale, ses mœurs et coutumes. Mais surtout, l’auteur multiplie les rebondissements car il n’est plus seulement question d’installer une nouvelle imprimerie aux idées progressistes à Paris mais d’entrer en contact avec la fameuse confrérie des chasseurs de livres qui s’est donnée pour mission de récupérer tous les manuscrits possibles afin de les divulguer au plus grand nombre. Evidemment, Villon est un libre-penseur qui ne peut se laisser guider au doigt et à l’œil. Car si on a fait appel à lui c’est que les uns et les autres ont des intérêts dans cette affaire : si Louis XI veut contrer la censure du pape, c’est pour mieux asseoir son autorité et si la confrérie chasse ainsi les livres, c’est pour assurer la survie du peuple juif.


Villon ne se laissera donc pas manipuler et même s’il est mené en Terre Sainte, il cherchera à échapper aux différentes injonctions en déjouant les pièges et prendra ses propres initiatives.


Jerusalmy a été fort inspiré de choisir le poète François Villon qui est à la fois un auteur inventif et audacieux mais aussi un voleur, un gredin, un rebelle. Les trente premières années de son existence nous sont bien connues puisque Villon les a racontées au cours de ses textes, et qu’il reste des témoignages de cette époque, mais la suite reste un mystère. Villon est donc le personnage romanesque idéal pour un auteur aussi érudit et inventif que Jerusalmy. La Confrérie des chasseurs de livres est un roman érudit, historique et même policier à l’écriture foisonnante et souvent burlesque. Bref, un roman inventif et stimulant.

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne-Sophie - dans Pas mal...
commenter cet article

commentaires

Anne-Sophie 04/09/2014 09:23


Bonjour Collignon, 


j'entends votre point de vue, en revanche, je ne comprends pas votre réaction : pourquoi effacerai-je votre commentaire ?


A bientôt !

collignon 03/09/2014 23:14


Ce livre fut pour moi un véritable pensum : le personnage appelé Villon pourrait aussi bien s'appeler Machin ou Tartempion, il ne rappelle en rien le poète. D'autre part, nous naviguons
d'obstacle en obstacle, comme dans Le seigneur des anneaux (les films...) ; la trame est donc inconsistante, et le seul élément favorable consiste en de bonnes descriptions dignes des dictées de
certificat d'études, ce qui n'est pas mal par rappport au reste. Le style est d'une platitude remarquable. J'aimerais que ce commentaire ne soit pas effacé, merci.

Berthé 10/08/2014 18:40



Rozenn 17/06/2014 07:14


Il y a déjà un petit moment que je veux lire ce roman. Je crois que je vais me le faire offrir.

unverredabsinthe 27/04/2014 21:42


Je ne connaissais ni cet auteur ni ce livre, mais après avoir lu ce billet j'ai hâte de les découvrir ! J'aime beaucoup François Villon, et j'ai un vrai penchant pour les romans historiques... ce
bouquin devrait donc me plaire. Je le note sur ma liste d'achats, et vous remercie pour cette excellente suggestion ;-)