Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lalettrine.com

Anne-Sophie Demonchy
Des livres, des films, des expos et bien plus encore...

 

Mail : annesophiedemonchy [a] lalettrine.fr

Twitter : @asdemonchy

Mon CV : annesophiedemonchy.com

 

 

768 000  lecteurs et
plus de 230 livres chroniqués
depuis le 21 août 2006

follow-me-twitter.png

Recherche

Ma bibliothèque

Mes livres sur Babelio.com

Archives

Infos







logo-lettrine-negre-litteraire.jpg

 

 

classement-lettrine.jpg

 





20 janvier 2009 2 20 /01 /janvier /2009 14:47

Dimanche, en fin de journée, après un déjeuner bien arrosé, j’avais décidé de lire un roman en attente depuis août dans ma pile qui ne cesse de monter, la nouvelle rentrée littéraire arrivant. J’avais envie d’un texte court, facile à lire. J’ai jeté mon dévolu sur Laurent Gaudé et La Porte des Enfers.

 

Je n’ai jamais lu de romans de Laurent Gaudé… Je ne connais pas sa plume, mal son univers. Bref, je suis entrée en terrain complètement inconnu. Dès les premières pages, hélas, le jugement fut sans appel : aucun intérêt.

 

L’histoire en elle-même pourrait être intéressante puisque universelle : comment accepter la mort accidentelle de son enfant de 6 ans sinon en la maudissant et en refusant d’y croire. C’est cette tragédie que traverse Matteo et son épouse Giuliana. Parce qu’ils ne peuvent supporter cette idée de la mort, l’une maudit Dieu et les hommes avant de se trancher les seins, l’autre décide de descendre aux Enfers, en compagnie d’un illuminé, retrouver son fils. Cette histoire ne vous rappelle rien ? Si, bien sûr ! L’Eneide ou bien encore La Divine comédie. Mais si Virgile et Dante ont marqué les Lettres par leur poésie et la profondeur de leurs propos, je ne pense pas que ce roman de Laurent Gaudé laissera la moindre trace. La Porte des Enfers est écrit dans un style des plus prosaïques : sujet/verbe/complément. Phrases ne dépassant jamais les trois lignes. Le sujet aurait pu être émouvant, notamment quand le petit garçon Pippo meurt ou bien quand son père le retrouve aux Enfers. Pas du tout. L’écriture hyper simpliste du roman tient à distance. Parce que les événements – fantastiques – semblent si naturels pour ces personnages ou bien suscitent des réactions de surprise tellement stéréotypées que l’on n’adhère pas un instant à cette histoire :

« C’est alors que tout se mit à bouger. Une ombre flotta à quelques centimètres du corps du vieil homme. Elle se dirigea vers la porte et un bruit sourd de gonds rouillés retentit. La porte des Enfers s’ouvrait. Matteo resta bouche bée. Les deux battants s’écartaient avec la lenteur des siècles. C’était comme si toutes les trognes de monstres sculptés prenaient vie. Elles semblaient gémir et grincer des dents, affamées par cette vie qui venait de s’éteindre et qui allait bientôt leur être présentée ».

 

J’ai voulu retranscrire ce paragraphe intégralement afin que vous puissiez juger sur pièce de la profondeur de ces comparaisons : les portes qui s’ouvrent très lentement, les monstres qui semblent s’animer et effraient un Matteo « bouche bée ». J’ai été loin d’avoir eu le moindre frisson en lisant ces quelques lignes pas plus que le reste du roman.

 

On ne peut pas reprocher à l’auteur de tenter de faire des effets de style, le problème c’est qu’ils sont trop voyants : les métaphores et comparaisons s’enchaînent lourdement, les mélopées terriblement artificielles de Giuliana sur la tombe de son fils laissent indifférent…

 

Dernièrement, Le Figaro littéraire expliquait les raisons du succès de Marc Lévy : des textes simples et accessibles au plus grand nombre, des chapitres très courts écrits comme des feuilletons, des questions universelles comme la vie, la mort, l’amour, traitées avec une teinte de fantastique. Figurez-vous que l’on retrouve exactement les mêmes ressorts dans La Porte des Enfers de Laurent Gaudé.




Partager cet article

Repost 0
Published by Anne-Sophie - dans Sans intérêt
commenter cet article

commentaires

Popylen 25/05/2011 16:29



Le succès de Laurent Gaudé reste pour moi un grand mystère. Sous le soleil des scorta est écrit dans la même veine : creux, artificiel, avec un enchaînement des personnages et des situations
tellement rapide qu'on a le temps de s'attacher ni au roman ni à son auteur.



Veronique 25/07/2010 11:22



Je viens de refermer "les portes de l'enfer" auxquelles je me suis accrochée pour ne pas les lâcher. Mais où veut-il en venir? Les précédents Gaudé que j'ai lus étaient épiques (la mort du roi
Tsongor) parfois même boursoufflés mais puissants ou comme "le soleil des scorta" sec et aride, tendu. Ici rien, une pauvreté d'expression désolante, c'est poussif, dépouillé de toute poésie,
l'intrigue qui aurait pu être intéressante perd au fil des pages toute substance car le fil se dilue en répétition de scènes appuyées. Enfin Gaudé semble chercher à entraîner son lecteur sur les
pas d'Ulysse descendant aux Enfers, et puis à glisser un message métaphysique, et puis flotte une brume poisseuse de roman noir et finalement déboule un lyrisme sentimental expulsé à la 1ère
personne. Enfin bref, dans ce maelstrom, ses personnages qu'on imaginerait felliniens , ne sont que des spectres (est-ce volontaires????) caricaturaux. Bref quelle déception! Lire autre chose en
attendant Gaudé!



CCRIDER 26/01/2009 18:55

Permettez-moi de vous trouver un peu sévère avec ce bouquin que j'ai lu avec moins de déplaisir que vous. J'admets volontiers que la "descente aux enfers" style Gaudé relève plus du carton-pâte et du grand guignol que de Dante. Mais le style n'est pas si mauvais. Ce bouquin se lit aisément et je considère cela plus comme une qualité que comme une facilité.Ceci dit, félicitations pour votre blog que je découvre. Je m'aperçois qu'il rejoint l'optique du mien. J'y pratique également la critique littéraire... sans modération... 

Géraldine 26/01/2009 00:05

Et bien, quel jugement sans appel...Et pour la comparaison avec Levy, j'ai l'impression que "La porte des enfers" est bien plus glauque que les romans fleurs bleues de Levy.Petit jeu de mot, je préfère de loin "La porte d'enfer", un petit coin de paradis en Guadeloupe !

Flora 22/01/2009 22:43

Il y a longtemps j'avais tenté delire un livre de Gaudé "la mort du roi..." que j'avais laissé tomber, tout en culpabilisant par la suite vu le succès de l'auteur... depuis je n'ai pas réitéré l'expérience mais ce que je lis ici me confirme dans mes impressions d'hier : Gaudé est gavauldé (si je puis me permettre ce jeu de mot peu reluisant !) et tu le confirmes !