Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lalettrine.com

Anne-Sophie Demonchy
Des livres, des films, des expos et bien plus encore...

 

Mail : annesophiedemonchy [a] lalettrine.fr

Twitter : @asdemonchy

Mon CV : annesophiedemonchy.com

 

 

768 000  lecteurs et
plus de 230 livres chroniqués
depuis le 21 août 2006

follow-me-twitter.png

Recherche

Ma bibliothèque

Mes livres sur Babelio.com

Archives

Infos







logo-lettrine-negre-litteraire.jpg

 

 

classement-lettrine.jpg

 





14 janvier 2010 4 14 /01 /janvier /2010 19:49

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41xmYCt3u3L._SL500_AA240_.jpgVous souvenez-vous que je vous conviais, il y a quelques jours, à vous plonger dans Sukkwan Island, de David Vann, vous présentant ce roman publié chez Gallmeister dans sa collection « Nature writing » comme une robinsonnade. Eh bien… si certains l’ont lu depuis, ils ont dû être bien surpris car de robinsonnade, il n’en est plus guère question dans la seconde partie du roman… Il s’agit en réalité d’un texte extrêmement noir et angoissant, sur l’incapacité de fuir ses responsabilités. Vous voyez, on est loin de l’imaginaire d’un Daniel Defoe…
 

Le roman s’ouvre sur le départ de Jim et de son fils Roy pour une île sauvage du sud de l’Alaska : Sukkwan. Celle-ci n’est accessible qu’en bateau ou hydravion, ce qui sous entend que père et fils seront isolés du reste du monde pendant une année entière et devront survivre par leurs propres moyens. Pour Jim, c’est une aventure extraordinaire qu’il pense ainsi offrir à son adolescent de 13 ans : chasse, pêche et grand air… La liberté ! Mais Roy ne voit pas cet exil du même œil : très vite, il se rend compte que son père n’est pas organisé et qu’il n’a pas anticipé son séjour… La vie, loin de sa mère et de sa sœur, auprès d’un père avec qui il n’a jamais rien partagé, lui semble immédiatement pénible. Très vite, les galères surviennent : un ours entre dans leur cabane pendant leur absence et mange une grande partie des provisions, leur cache pour protéger le reste de nourriture s’effondre… Pire, Jim n’a rien d’un père rassurant : il sait à peine pêcher et chasser, il n’a pas d’idées précises sur la façon de se débrouiller en pleine nature. Leur quotidien se résume, du point de vue de Roy du moins, à tenter de survivre en milieu hostile. Jim est également un danger pour son équilibre mental. Chaque nuit, l’homme cauchemarde à voix haute et confesse ses erreurs et errances à Roy…
 

L’auteur nous plonge, à notre tour, dans un cauchemar épais et angoissant. Dans un style très beau, il décrit le quotidien terrifiant de ces personnages, isolés du reste du monde et étrangers l’un à l’autre. Incapables de communiquer, père comme fils ne se comprennent pas. Nous partageons les pensées de Roy dans la première partie du roman puis de son père dans la seconde partie.
 

Il y a du Hemingway dans cette première partie à travers cette description d’une nature hostile, qui domine l’homme. Dans la seconde, on retrouve plutôt McCarthy et toute la sobriété de son écriture.
 

A la fin de la première partie, vous penserez que la seconde n’est qu’un long lamento, mais vous ferez fausse route : l’auteur vous réserve encore bien des rebondissements… La fin est à couper le souffle.
 

Sukkwan Island bouscule, met mal à l’aise : situations absurdes, brutalité des relations humaines, injustice, incompréhension… tel est le lot des personnages qui peuplent ce roman terriblement pessimiste. Mais David Vann sait, avec son écriture crue et efficace, capter notre attention jusqu’à la dernière page…

 

Petit rappel : David Vann sera à Paris mardi prochain, au Bon Pêcheur, dès 19 heures.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne-Sophie - dans Pas mal...
commenter cet article

commentaires

Nico 01/12/2012 19:27


Un roman qui est loin de m'avoir transporté: je m'y suis ennuyé et l'ai trouvé bien trop noir à mon goût. Même le style ne m'a pas convaincu, et le fameux rebondissement m'a également déçu. Bref,
je n'ai pas aimé ce roman, mais peut-être en attendais-je trop étant donné son succès phénoménal.

sylvie 23/03/2010 09:22


Je m'attendais aussi plus ou moins à une sorte de robinsonade, mais j'étais prévenue pour le dérapage annoncé.
Je suis restée, comme beaucoup, "estomaquée" par cette lecture.


bric à brac baroque 17/01/2010 22:43


Très intéressant...c'est le genre de récit que j'apprécie parce qu'ils sont comme un laboratoire de recherche dont on sort toujours plus savant...d'une façon ou d'une autre. Je vais aller
voir...merci.
Un roman qui ne m'apprend rien est pour moi le type même du mauvais roman, cette remarque vaut également pour un film. Le divertissement provient, à mon sens, de cette nouveauté que propose une
oeuvre pour moi...il n'est pas du tout détaché du contenu.


J.D. 15/01/2010 12:24


Très belle critique qui me donne envie de courir à la recherche de ce livre ! Je le note pour ma prochaine visite en librairie ! merci beaucoup !!!


Kallikrates 15/01/2010 01:57


Je l'ai fini hier ! C'est magnifiquement bien écrit, mais j'en suis ressortie toute retournée. Il a fallu que je pose le livre plusieurs fois, notamment au début de la deuxième partie, parce que ça
me rendait littéralement malade.