Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lalettrine.com

Anne-Sophie Demonchy
Des livres, des films, des expos et bien plus encore...

 

Mail : annesophiedemonchy [a] lalettrine.fr

Twitter : @asdemonchy

Mon CV : annesophiedemonchy.com

 

 

768 000  lecteurs et
plus de 230 livres chroniqués
depuis le 21 août 2006

follow-me-twitter.png

Recherche

Ma bibliothèque

Mes livres sur Babelio.com

Archives

Infos







logo-lettrine-negre-litteraire.jpg

 

 

classement-lettrine.jpg

 





1 décembre 2011 4 01 /12 /décembre /2011 10:54

remise-du-prix-herve-bazin.jpgQue s’est-il donc passé ce vendredi 25 novembre aux Rosiers ? L’association Présence d’Hervé Bazin a remis le prix Hervé Bazin de la microfiction.

 

Vous ne le savez peut-être pas mais Hervé Bazin a écrit environ 90 nouvelles, seules 24 ont été publiées dans trois recueils : Le Bureau des mariages (1951), Chapeau bas (1963) et Le Grand Méchant doux (1992). Très sensible à cette forme littéraire, il crée en 1974 la Bourse du Goncourt de la Nouvelle qui récompense le meilleur recueil sur le même modèle que le prix Goncourt pour le roman. Selon son épouse Odile Hervé-Bazin, « écrire des nouvelles était pour lui un plaisir qu’il s’accordait, une récréation, une sorte de récompense entre deux romans. » L’auteur considérait la nouvelle comme « un laboratoire romanesque ».

 

C’est parce que Hervé Bazin avait cet intérêt certain pour la nouvelle que l’association qui lui est consacrée a décidée d’organiser le Prix Hervé Bazin de la Microfiction. Séduit par le livre de Régis Jauffret, Microfictions, l’association a décidé de mettre à l’honneur cette forme littéraire se définissant comme une nouvelle ne dépassant pas deux pages. Le thème choisi cette année fut la famille, thème cher à Hervé Bazin. 488 auteurs venus de France et d’ailleurs ont envoyé leur copie. Un premier jury, présidé par Odile Hervé-Bazin et Joël Glaziou, a fait une première sélection et n’a gardé que les 10 microfictions qu’il estimait les meilleures. Celles-ci ont été publiées dans le hors série n°10 de la revue Harfang. Le Jury final, présidé par Jean Rouaud, a sélectionné les 5 meilleures microfictions. Ainsi, vendredi 25 novembre à midi, aux Rosiers, les différents membres des jurys (citons quand même Amin Maalouf et Christiane Baroche) ont remis le prix aux cinq auteurs distingués. Le dimanche 26 novembre, les microfictions récompensées ont également l’objet d’une lecture publique. Je précise enfin que ce Prix est parrainé par l’académie Goncourt.

 

Il semblerait que le thème de la famille a inspiré aux auteurs des histoires tragiques. Ne vous attendez pas à lire des happy ends, les auteurs sont assez radicaux sur la question. Famille je vous hais serait plutôt leur cri de ralliement. Sauf Alain Emery qui « Avec des si » imagine une famille idéale. Mais pas de chance… de jeunes inconséquents vont se charger de réduire à néant cette belle harmonie. La famille, lieu d’enfermement, est également le lieu des regrets. « Soleil voilé » d’Emmanuelle Cart-Tanneur raconte ainsi le quotidien d’une femme qui ne semble plus rien attendre de la vie, prisonnière des tâches ménagères et du devoir familial. C’est aussi ce que raconte, dans un registre grinçant et absurde qui m’a fait pensé à Parures de Franz Bartelt, Ève de Laudec, avec sa microfiction « Ouanesupeunetaïme ». Une mère se dévoue complètement pour ses deux jumeaux au détriment de sa fille qui jalouse ses frères. Évidemment la chute est terrible. Mais je ne vous en dis pas plus : à vous de la découvrir ! Famille, lieu des regrets encore avec « Mon fils ma bataille » : nouvelle très drôle sur ce père qui estime que son fils n’est jamais à la hauteur de ses aspirations. Le sel réside justement dans ces aspirations…

 

À la fin de la revue Harfang, on découvre trois nouvelles inédites de Christiane Baroche, Joël Glaziou (directeur de la publication) et Odile Hervé-Bazin qui eux aussi ont joué le jeu en proposant des textes sur la famille, trois textes différents, plein de drôlerie, de poésie, de mélancolie.

 

Pour tous ceux qui auraient envie de tenter leur chance et proposer un texte à l’association, le Prix Hervé Bazin de la microfiction sera reconduit l’année prochaine. Le thème sera bientôt dévoilé. C’est une belle initiative pour se faire connaître, se faire lire ensuite par deux jurys de qualité et enfin être publié.

 

Pour en savoir plus sur l’association, suivez le lien.

Pour obtenir la revue Harfang (5 euros + 1 euros de frais de port), contactez l'association

 contact@presence-hervebazin.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne-Sophie - dans Rencontres
commenter cet article

commentaires

Nadine Groenecke 03/01/2012 20:22


Merci pour l'info. Auteur de nouvelles, je tenterai peut-être ma chance cette année. Attendons de connaître le thème choisi.