Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lalettrine.com

Anne-Sophie Demonchy
Des livres, des films, des expos et bien plus encore...

 

Mail : annesophiedemonchy [a] lalettrine.fr

Twitter : @asdemonchy

Mon CV : annesophiedemonchy.com

 

 

768 000  lecteurs et
plus de 230 livres chroniqués
depuis le 21 août 2006

follow-me-twitter.png

Recherche

Ma bibliothèque

Mes livres sur Babelio.com

Archives

Infos







logo-lettrine-negre-litteraire.jpg

 

 

classement-lettrine.jpg

 





22 octobre 2010 5 22 /10 /octobre /2010 18:40

jardins-statuaires.gifIl est temps de revenir vers la littérature, avec un écrivain, trop peu connu, hélas, Jacques Abeille. J’ai découvert cet auteur il y a près de quatre ans, grâce à la revue Le Nouvel Attila qui publiait des extraits de son œuvre. La revue est aujourd’hui devenue une maison d’édition – Attila – et en cette rentrée, elle réédite Les Jardins statuaires, déjà paru en 1982 chez Flammarion puis en 2004 chez Joëlle Losfeld… Étrange destin éditorial, aussi étrange que son contenu même…

 

Lorsque l’on découvre l’écriture dense et poétique de Jacques Abeille, on quitte immédiatement le monde réel pour se lancer dans une aventure imaginaire peuplé d’êtres étranges et de créatures merveilleuses. Dans son monde, Abeille fait pousser les statues comme des fleurs qu’il faut entretenir et soigner avec vigilance. Dans son monde, Abeille crée de nouvelles lois, de nouveaux rites auxquels les hommes doivent se plier. Si l’on accepte de faire ce voyage, il faut accepter de perdre tout sens du réel, de la logique, et se laisser guider par ses émotions. Il est en effet bien difficile de résumer un tel livre : fable poétique, roman d’aventures, d’amour, d’apprentissage, le choix est vaste. Abeille ne s’enferme dans aucun genre : il écrit au gré de ses désirs et s’il maîtrise son récit, le lecteur peut se montrer parfois déboussolé, ne sachant à quoi se rattraper sinon à la beauté du langage. De ce livre, Abeille dira d’ailleurs : « Je crus avoir écrit l’œuvre d’un fou ; l’ayant laissée quelque temps, je m’étonne d’une cohérence inattendue. » Mais comme il est bon de se perdre dans la folie et d’y déceler une part cachée de nous-mêmes !

 

Pour savourer cet épais et magnifique ouvrage, illustré par les dessins de François Schuiten, il est vivement conseillé de se déconnecter du monde réel, éteindre I-phone, et ne pas chercher à rationnaliser ce qui se trame sous ses yeux ébahis. Bon voyage !

 

 

D’autres lectures :

La Taverne de Doge Loredan

Le Matricule des anges

Nouvelle revue rebelle

Remue.net

Fric-Frac club

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne-Sophie - dans Vraiment bien !
commenter cet article

commentaires

Ahumada Bolton Claudia 14/11/2010 15:37



Mhmm envie de me laisser tenter et découvrir cet auteur, j'en prends bien note! Ce blog est une vraie mine d'information:-)