Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lalettrine.com

Anne-Sophie Demonchy
Des livres, des films, des expos et bien plus encore...

 

Mail : annesophiedemonchy [a] lalettrine.fr

Twitter : @asdemonchy

Mon CV : annesophiedemonchy.com

 

 

768 000  lecteurs et
plus de 230 livres chroniqués
depuis le 21 août 2006

follow-me-twitter.png

Recherche

Ma bibliothèque

Mes livres sur Babelio.com

Archives

Infos







logo-lettrine-negre-litteraire.jpg

 

 

classement-lettrine.jpg

 





5 décembre 2014 5 05 /12 /décembre /2014 15:55

la-route-qui-mene-a-la-ville.jpg

Je dédie ce billet à mon ami Jean et à sa femme Claire

 

Dans un village italien, dans les années 40, Delia s’ennuie. A 17 ans, elle rêve de trouver l’amour et de vivre mille aventures. Il n’en est rien : solitaire au milieu d’une famille très traditionnelle, elle s’échappe quotidiennement pour aller en ville. Or, à cette époque, en Italie, il est mal vu pour une jeune fille de sortir seule et de fréquenter. Delia enfreint les interdits, et tourne autour des garçons, en particulier autour de son cousin Nini amoureux d’elle et du beau Giulio. Evidemment, Delia tombe enceinte et doit quitter les siens pour s’installer chez une vieille tante le temps que le mariage s’organise avec Giulio.

 

Comme vous pouvez le constater, l’histoire de La route qui mène à la ville (éditions Denoël) est simple, mais, l’auteur, Natalia Ginzburg, a voulu raconter une époque où les tabous et interdits étaient nombreux et la condition des femmes difficiles. Delia voudrait être une femme libre, à l’instar de sa sœur, mariée qui vit à la ville et se paie le luxe d’avoir un amant.

 

Mais Delia ne se contente pas de ce qu’elle a : un boulot (qui l’ennuie), un nourrisson (qui l’ennuie), et un mari, Giulio (qu’elle a épousé par obligation). D’ailleurs celui-ci, attaché aux traditions, souhaite qu’elle demeure au village et vive au sein de sa famille.

 

Dans ce court roman d’apprentissage, Natalia Ginzburg, égratigne, sans complaisance cette société où les femmes doivent se soumettre d’abord à leur père puis à leur mari. Delia est une jeune rebelle qui tente de sortir de sa morne existence Écrit sous pseudonyme en 1942, La route qui mène à la ville réparait aujourd’hui aux éditions Denoël avec une préface de Marie Darrieusecq.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne-Sophie - dans Pas mal...
commenter cet article

commentaires

Jeanmi 14/06/2015 06:47

Saviez-vous que mon premier livre ÉTRANGES NOUVELLES vient de ressortir chez MON PETIT ÉDITEUR ?
C’est un recueil de 24 nouvelles, parfois drôles, étranges ou fantastiques dont, pour certaines, vous pourrez imaginer une fin. Disponible dans les bonnes et même mauvaises librairies… http://www.monpetitediteur.com/librairie/livre.php?isbn=9782342037937

electricien 27/03/2015 17:24

J'apprécie votre blog, n'hésitez pas a visiter le mien.
Cordialement

plombier 26/03/2015 04:16

J'apprécie votre blog, n'hésitez pas a visiter le mien.
Cordialement

olivier de vergnies 09/03/2015 18:48

Merci pour cet article .

olivier 09/03/2015 18:44

Merci pour cet article .