Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lalettrine.com

Anne-Sophie Demonchy
Des livres, des films, des expos et bien plus encore...

 

Mail : annesophiedemonchy [a] lalettrine.fr

Twitter : @asdemonchy

Mon CV : annesophiedemonchy.com

 

 

768 000  lecteurs et
plus de 230 livres chroniqués
depuis le 21 août 2006

follow-me-twitter.png

Recherche

Ma bibliothèque

Mes livres sur Babelio.com

Archives

Infos







logo-lettrine-negre-litteraire.jpg

 

 

classement-lettrine.jpg

 





9 juillet 2010 5 09 /07 /juillet /2010 16:24

l-ombre-des-montagnes.jpgMarie Frering, vous connaissez ? Moi, je l’ai découverte il y a deux ans, avec son premier livre publié, Désirée, sélectionné par le prix de l’Inaperçu. J’ai eu également l’occasion de lire l’une de ses traductions du géorgien : Livre d’Amba Besarion de Besik Kharanaouili. L’Ombre des montagnes est son second récit publié (toujours aux éditions Quidam). Il est question de Sarajevo, de guerre et surtout de la prise de conscience du temps :

 

« Sarajevo, tous les matins du monde

 

Qu’il est absurde, dans une ville assiégée, coupée des habitudes du monde, de respecter le passage à l’heure d’hiver ! Mais en tournant les aiguilles de nos montres, nous sommes des Européens consciencieux. Et une nouvelle question peut alimenter nos conversations. Tu as oublié de changer l’heure ? L’hiver nous précipitons ainsi plus joyeusement la nuit. Notre vie retrouve le quotidien du dehors et de ses ressors.

Merveille d’agir sur un mécanisme lorsque la vie est devenue survie mécanique. »

 

Marie Frering, lorsqu’elle évoque de la guerre en Bosnie, ce n’est pas un simple fantasme. Elle a vécu à Sarajevo entre 1994 et 1997. Elle a travaillé dans l’humanitaire et a même participé à sa reconstruction économique. Pour autant, L’Ombre des montagnes n’est pas un récit autobiographique pas plus que des mémoires de guerre. C’est un récit basé sur les sensations et des instantanés de vie. Des petits riens du quotidien, des regards, des rencontres furtives… On est très loin des récits de guerre et des atrocités qui en découlent : la narratrice se mêle à une population qui doit vivre au rythme des couvre-feu, des drames aussi. Toutefois, les considérations politiques n’ont pas leur place dans ce texte composé de fragments. C’est un livre sobre, truffé de références littéraires (Vollman, Beckett, Dhôtel) évoquant un quotidien menacé.

 

Pourquoi Marie Frering a-t-elle écrit ce livre ? Elle répond sans détour à cette question dès les premières pages :

 

« C’est à nous d’écrire les livres qui nous manquent. Si le monde moderne leur prête encore vie ».

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne-Sophie - dans Pas mal...
commenter cet article

commentaires

Garance 17/07/2010 08:58






Bonjour,


Je suis étudiante en lettres, j'ai découvert récemment votre blog et j'adore ! Je me demande comment vous faites pour lire et écrire autant, et je voudrais en prendre exemple. J'entends tous les
jours qu'il y a de plus en plus de livres et de moins en moins de lecteurs, et je m'aperçois grâce à vous et à vos lecteurs et commentateurs que la dynamique s'est simplement déplacée.


En regardant la liste des auteurs je vois que vous ne parlez pas d'Alexandra Lapierre qui vient de publier un livre qui s'appelle "L'Excessive" et qui raconte l'histoire d'une duchesse bigame du
XVIIe siècle (je tiens à préciser que je suis une lectrice des plus partiales parce que je connais l'auteur). Bref, bien que partiale, je m'étonne de voir que ce livre ne reçoit pas toute
l'attention qu'il mérite de la part des lecteurs. Je me demandais si vous connaissiez cet écrivain, et si oui, ce que vous en pensiez. Si vous la détestez je ne lui dirai pas ;-) Elle est aussi
l'auteur d'un livre qui vient de sortir en poche, sous le titre de "Le fils du rebelle". J'aime beaucoup ce livre et là aussi j'aimerais savoir ce que vous en pensez !


Merci et bravo pour ce blog à la fois si complet et si bien fait !


Garance