Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lalettrine.com

Anne-Sophie Demonchy
Des livres, des films, des expos et bien plus encore...

 

Mail : annesophiedemonchy [a] lalettrine.fr

Twitter : @asdemonchy

Mon CV : annesophiedemonchy.com

 

 

768 000  lecteurs et
plus de 230 livres chroniqués
depuis le 21 août 2006

follow-me-twitter.png

Recherche

Ma bibliothèque

Mes livres sur Babelio.com

Archives

Infos







logo-lettrine-negre-litteraire.jpg

 

 

classement-lettrine.jpg

 





24 octobre 2011 1 24 /10 /octobre /2011 20:45

gsdg_487270289_north_318x478_438466547_north_320x.jpgJérôme Lafargue est un auteur que je soutiens depuis son premier roman : L’Ami Butler, publié en 2007, aux éditions Quidam. Dernièrement, j’ai lu sa nouvelle « Nage entre deux eaux », intégrée au coffret Des trains à travers la plaine. Parallèlement, Quidam publie son troisième roman, L’Année de l’hippocampe.


Comme dans L’Ami Butler et Dans les ombres sylvestres, on retrouve un personnage mélancolique et solitaire : Félix. Ce trentenaire, après avoir baroudé à travers le monde, décide de s’isoler dans une petite station balnéaire, dans les Landes, région de prédilection de l’auteur, pour retrouver une certaine sérénité. Parce qu’il traverse une crise existentielle, il se donne un an pour prendre une décision, accomplir un étrange projet. C’est ainsi que, dès le 1er janvier, il instaure un rite : écrire chaque jour une page dans un journal intime et n’écouter qu’un album de musique - le titre nous est d’ailleurs communiqué en haut de page. Pour le coup, l’édition numérique serait un plus, puisque l’on pourrait imaginer qu’à chaque nouvelle page virtuelle, un extrait de musique se déclencherait, ce qui permettrait ainsi au lecteur de se mettre dans le même état d’esprit que le narrateur. Même si la musique est très importante pour moi, je dois avouer que j’étais loin de connaître une grande partie des albums cités. Ce qui est dommage car chaque fois que c’était possible, j’écoutais mentalement une chanson et aussitôt, la page lue prenait une autre dimension. C’est un regret montrant les limites du livre papier pour ce genre de projet artistique mais cela n’enlève rien à la qualité littéraire du roman.

 

Qui a lu L’Ami Butler reconnaîtra en Félix Timon, qui passait ses journées à écrire des biographies d’écrivains maudits. On retrouve non seulement la plume de Lafargue mais aussi une de ses obsessions, celle de la folie sinon de la dépression. C’est ainsi que Félix commence son journal : « Je prendrai le temps d'écrire quelques notes chaque soir : cela me permettra de me remémorer les fluctuations de mon humeur pour le cas où je flancherai dans un an.

Nous sommes de plus en plus nombreux dans mon cas, des âmes errantes et inutiles, si conscientes de leur état que cela en constitue une torture supplémentaire. Je n'abandonne pas la partie par idéologie ou dégoût ou colère. Je laisse tomber parce que l'esprit ne suit plus et que le corps est fatigué.

C'est tout. »

 

Et Félix de passer ses journées à boire au café du coin, lire, écrire et se remémorer quelques-uns de ses souvenirs du temps qu’il était reporter. Ses journées s’égrènent lentement, au gré de ses humeurs changeantes. Tel un hippocampe, être vivant le plus lent du monde, Félix avance péniblement, tentant de reconstruire doucement son existence en retapant la maison de sa grand-mère, en rencontrant les différents habitants de la station balnéaire.

 

À partir de la date du 26 mai, le roman prend un nouveau cap. De nouveaux narrateurs prennent le relai. Et surtout, le journal n’est plus tenu quotidiennement et ne respecte plus les règles fixées au départ. Pourtant, si Jérôme Lafargue se contentait de ne raconter que ces événements si limpides, avouez que ce roman n’aurait pas grand intérêt. Un trentenaire, fatigué de la vie, passe ses journées à traîner jusqu’au jour où il disparaît. C’est tout. Vous auriez l’impression que je vous vends un roman lu et relu des milliers de fois. Mais, précisément, comme à chaque fois, Jérôme Lafargue aime jouer avec l’illusion et les identités. Il faut attendre les trois dernières pages (tournez deux pages après la page blanche…) pour résoudre ces énigmes. La fin, me semble-t-il, reprend – outre le motif du surf, cher à Lafargue – le thème de l’héritage développé dans son précédent roman, Dans les ombres sylvestres. Encore une fois, l’auteur nous offre un roman malin, subtil et plein de fantaisie.

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne-Sophie - dans Vraiment bien !
commenter cet article

commentaires

Écrire un roman 02/11/2011 11:39



Inspiration ou défilé de la cavalerie?


 


 


Bon, j’ai été très occupée ces derniers temps. Lorsque l’inspiration est présente, il faut la capter. J’ai toujours comparé l’inspiration à un défilé de la cavalerie qui suit son chemin. Imaginez
que votre fenêtre est ouverte et que le défilé passe devant chez vous. Vous n’avez pas d’appareil photo, mais vous désirez vraiment partager ce que vous voyez avec un membre de votre famille qui
sera là plus tard dans la soirée.


 


S’il arrive dans la soirée, alors vous aurez encore les idées claires pour lui décrire ce que vous avez vu. S’il est en retard et qu’il arrive le lendemain, vous aurez déjà oublié plusieurs
détails...


 


... À moins de les noter! 


 


Cette façon imagée de me représenter l’inspiration et m’a toujours aidé à me souvenir d’apporter un calepin avec moi en tout temps, afin d’y noter les précieuses petites parades qui passent
(parfois rapidement) dans ma tête.


 


Oui, j’ai été absente du web durant un moment, c’est comme ça. Mais aujourd’hui je prends une pause pour venir voir ce qu’il y a de neuf sur votre blog. Venir visiter votre site me détend les
neurones, c’est ma pause café du jour. Merci d’écrire pour nous. J’aime me tenir au courant.


 


L.G. M.



Fatuite 25/10/2011 12:06



Premier commentaire que je fais sur ce blog fort intéressant.


La critique en elle-même m'a donné envie de lire ce livre. Je ne connaissais pas cet auteur, et même si l'histoire n'a pas l'air engageante, ma curiosité est titilée sur le fait que les
narrateurs se multiplient. Je remarque qu'on ne fait pas vraiment de commentaire sur le style (du moins pour le néophyte qui découvrirait l'auteur) mais cette idée de musique couplée à la lecture
est des plus fascinantes. Cela peut avoir un effet pervers, évidemment, du fait qu'elle peut être utilisée pour donner des sentiments que le style n'aurait pas su susciter. Toutefois, elle peut
également transcender ce qui est donné, ce qui serait un grand plus.


 


En tout cas, je rajoute ce livre à ma liste, histoire de me faire une idée de par moi-même. Merci pour la découverte :)