Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lalettrine.com

Anne-Sophie Demonchy
Des livres, des films, des expos et bien plus encore...

 

Mail : annesophiedemonchy [a] lalettrine.fr

Twitter : @asdemonchy

Mon CV : annesophiedemonchy.com

 

 

768 000  lecteurs et
plus de 230 livres chroniqués
depuis le 21 août 2006

follow-me-twitter.png

Recherche

Ma bibliothèque

Mes livres sur Babelio.com

Archives

Infos







logo-lettrine-negre-litteraire.jpg

 

 

classement-lettrine.jpg

 





18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 16:07

il-faut-beaucoup-aimer-les-hommes-de-marie-darrieussecq.jpgJe suis Marie Darrieussecq depuis des années avec un certain intérêt. J’avais lu avec amusement Truismes, roman que je trouvais audacieux ; je n’ai pas retrouvé ce grain de folie dans Naissance des fantômes, et étais restée de marbre à la lecture du Bébé. Enfin, après la polémique entre Camille Laurens et Marie Darrieussecq, j’avais lu Tom est mort, beau roman, réaliste, dans lequel Camille Laurens y avait reconnu la trame de son texte autobiographique Philippe.

 

En découvrant les critiques souvent élogieuses du nouveau roman de Marie Darrieusdarrisecq Il faut beaucoup aimer les hommes (POL), j’avais très envie de le lire. Le titre, comme vous le savez sûrement, est inspiré de Marguerite Duras qui ajoute : « Il faut beaucoup aimer les hommes. Beaucoup, beaucoup. Beaucoup les aimer pour les aimer. Sans cela ce n'est pas possible, on ne peut pas les supporter. » C’est exactement ce que raconte ce roman sentimental. Plus exactement : l'héroïne, quoi que lui inflige son amant, a très envie de le supporter car elle l'aime passionnément.

 

Solange, la trentaine, vit à Los Angeles, où elle est actrice. Elle tombe follement amoureuse d’un acteur noir, Kouhouesso, qui rêve de réaliser l’adaptation du roman Au cœur des ténèbres de Joseph Conrad au Camroun. Une passion commence entre les deux acteurs mais Kouhouesso se montre froid, distant, plus attaché à son projet qu’à la jeune femme prête à tout pour se faire aimer. Comme elle ne sait pas à quoi s’attendre avec son homme qui se rend en Afrique pour tenter de faire son film, Solange comble cette absence en recueillant un maximum d’informations sur l’Afrique à travers des sites sur Internet, la presse… car elle avoue ne rien connaître à l’Afrique.

 

En effet, tout l’intérêt de ce roman repose sur la façon dont Marie Darrieussecq aborde le thème de l’amour au sein d’un couple mixte qui plus est n’arrive pas à se rencontrer : Solange veut tout connaître de Kouhouesso, mais l’amant n’attend rien d’elle. Certes, ils s’aiment mais Solange n’est pas la raison de vivre de Kouhouesso. Alors que celui-ci veut accomplir différents projets professionnels, Solange n’a qu’un projet : vivre son histoire avec son amant. Au-delà de cette attente, l’auteur propose une réflexion sur l’identité à travers ses personnages acteurs qui doivent incarner des êtres : une femme et un Noir, avec tous les clichés qui leur sont associés : une façon d’être, des goûts, une culture, des revendications…

 

J’attendais beaucoup de la lecture d’Il faut beaucoup aimer les hommes, sans doute trop. Je suis restée un peu sur ma réserve. Peut-être à cause du personnage même de Solange, très naïve, passive et désespérément fleur bleue, incapable de sortir de cette passion univoque, capable d'accepter l'absence, de patienter sans savoir à quoi s'attendre. Peut-être à cause de cette écriture blanche proche de celle de Duras ou plus encore d’Annie Ernaux. Toutefois, Il faut beaucoup aimer les hommes est un roman intelligent, construit comme une tragédie classique, qui présage du pire. Un bon roman, donc, pour commencer cette rentrée littéraire!

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne-Sophie - dans Pas mal...
commenter cet article

commentaires

La Nostalgie heureuse de Amélie Nothomb 29/10/2013 07:53


Un livre de détente qui fait tout simplement du bien au moral.

A.T. 19/09/2013 11:31


Merci pour cette critique. Ça me fera toujours un livre en moins à lire ;-)

Adrien 18/09/2013 17:55


@anne-sophie


oui vous avez tout à fait raison de préciser que le style diffère. Vu la taille de Nue, vous ne perdrez guère à sa lecture. Il y a des moments de bravoure où la plume de Toussaint vous laisse
comme en apesanteur, mais, mais, mais... le contenu est finalement assez anecdotique et les interactions Narrateur/hommes/Marie peu intéressantes. Pour reprendre votre magnifique lapsus, les deux
romans sont peut-être dans la même "vaine" littérature. 

Anne-Sophie 18/09/2013 17:28


Nue de Toussaint est aussi survendu ? Il faisait évidemment partie des livres que je comptais lire... Il semblerait que l'on soit dans la même vaine, mais peut-être pas dans la même écriture...
Le roman de Darrieussecq est très réfléchi mais il lui manque ce petit supplément d'âme qui fait qu'un livre devient essentiel. En tout cas, @Adrien, merci du retour sur Toussaint. 

Adrien 18/09/2013 17:12


Cela faisait longtemps que je n'étais pas allé faire un tour sur la lettrine. En tout cas c'est toujours avec autant de plaisir que je vous lis. 


Je n'ai pas eu le temps/l'envie de prendre le livre en main, mais en tant que libraire, je n'ai pas été épargné par le barouf critique et médiatique. Histoire de ne pas poster pour rien, je viens
de finir un autre grand médiatisé donc le destin de lecture est équivalent avec votre présente impression, en l'occurrence Nue de Jean-Philippe Toussaint. Je ne sais pas si vous le lirez, mais
nous sommes dans cette même catégorie du légèrement survendu. Et comme le hasard littéraire fait bien les choses, les deux sont évidemment sélectionnés pour le Goncourt. 


En tout cas bonne continuation Anne-Sophie et longue vie à la lettrine.