Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lalettrine.com

Anne-Sophie Demonchy
Des livres, des films, des expos et bien plus encore...

 

Mail : annesophiedemonchy [a] lalettrine.fr

Twitter : @asdemonchy

Mon CV : annesophiedemonchy.com

 

 

768 000  lecteurs et
plus de 230 livres chroniqués
depuis le 21 août 2006

follow-me-twitter.png

Recherche

Ma bibliothèque

Mes livres sur Babelio.com

Archives

Infos







logo-lettrine-negre-litteraire.jpg

 

 

classement-lettrine.jpg

 





13 août 2012 1 13 /08 /août /2012 11:45

ecole-internet.pngIl est plus que temps que je consacre un peu de temps ici à la pédagogie, ne serait-ce que pour proposer quelques pistes de lecture ou de réflexion à mes futurs élèves. Dès septembre, et depuis neuf ans déjà, une nouvelle aventure commence : je serai nommée dans un établissement du Val-de-Marne sans savoir encore si j’enseignerai le français à des collégiens, des lycéens, voire les deux. C’est toujours angoissant de découvrir ainsi au dernier moment son lieu d’affectation même si cela correspond finalement assez à ma personnalité. Etre titulaire sur une zone de remplacement n’était guère un choix : comme la majorité de mes collègues, j’espérais enseigner dans un seul et unique établissement. On dit souvent aux jeunes qui entrent dans le métier que la première année est difficile, les élèves nous testent, puis on se fait une « réputation » et l’année suivante on peut espérer « être tranquille ». Je n’ai jamais connu cette chance et d’ailleurs, je n’ai vécu qu’une seule rentrée scolaire… Les autres fois, et comme très certainement cette année encore, j’ai été nommée dans un établissement quelques jours après la rentrée officielle. Cette situation, que nombre de collègues ont connu surtout ces cinq dernières années après la suppression massive du nombre de postes et la multiplication des heures supplémentaires, est inconfortable. Il est difficile par exemple de préparer d’avance des cours car l’enseignant doit s’adapter au niveau de ses élèves. Ainsi, une même année, j’ai eu des élèves de 4e à Fontenay et au Perreux. J’espérais pouvoir leur faire étudier les mêmes livres, mais cela fut impossible. Mes séquences étaient complètement différentes, de même que mes exigences. Mieux, à Ivry, j’ai eu deux classes de 5e. J’avais préparé les mêmes cours mais dès la première semaine, je me suis rendu compte que l’une des classes avait des besoins spécifiques et qu’il fallait que je m’adapte à ces élèves au profil assez particulier. Mais, finalement, je me suis fait à ce statut (n’ayant pas le choix) et y ai trouvé des avantages : changer constamment d’établissements permet de faire de nombreuses rencontres, passer dans des lieux difficiles comme privilégiés, ne pas s’installer dans une routine inévitable…

 

Il est une autre raison qui me pousse à évoquer la pédagogie sur mon blog : la volonté de partager avec mes élèves ainsi que d’autres collègues les plaisirs culturels. Depuis presque dix ans, des profs créent des blogs, évoquent leurs expériences, et mieux proposent à leurs élèves de travailler en ligne. Pour les geeks, cette pratique semble évidente, mais dans les faits, rares encore sont les enseignants qui s’y mettent, pour plusieurs raisons. La première est simple : certains ne maîtrisent pas bien l’outil informatique. D’autres, à mon avis, en lien direct avec cette première raison, estiment que l’utilisation du net est superficielle voire est un gadget. Enfin, et je fais partie de cette catégorie, nous ne disposons, dans nos établissements, que de peu d’ordinateurs. En effet, si la pratique d’Internet est entrée dans les programmes scolaires, la plupart des collèges et des lycées ne disposent pas de matériel suffisant pour garantir à tous une pratique régulière et surtout intelligente. Si vous tenez un blog, n’hésitez pas à me contacter afin que nous puissions échanger et partager nos expériences. D’ores et déjà, je mets en liens les blogs et sites qui ont retenu mon attention.

 

Eduscol

Le blog de l'Ecole de lettres

Le blog de Diedrich

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne-Sophie
commenter cet article

commentaires

Laudessa 14/08/2012 14:00


Bonjour,


Le statur de TZR a ses inconvénients que vous avez rappelés. Il a aussi quelques petites compensations financières que vous éludez par pudeur.


Quoi qu'il en soit, les TZR sont nécessaires et leur nombre a hélas! diminué de façon dramatique ces derniers temps. Les TZR occupent des postes non pourvus au mouvement ou des moyens
provisoires. Ils sont également là pour assurer la suppléance des titulaires en congé. Bref, si c'est un mal d'être TZR, ce mal est nécessaire, je me répète. S'en passer, c'est cautionner une
certaine gestion des crédits publics consistant à faire ce calcul fort simple : un contractuel (plus ou moins expérimenté) coûtera toujours moins cher qu'un titulaire. L'élève n'y verra que du
feu ?


Je vous souhaite bon courage pour cette prochaine rentrée.


Mes amitiés.


Laudessa

Agnès 13/08/2012 12:30


Un bon équilibre et une démarche justifiée pour évoquer la pédagogie qui fait partie du chemin de développement de la culture. Il est bon de s'y intéresser et d'y penser par soi-même car cela
permet de se créer une forme d'authenticité dans sa démarche aux contacts des autres pour l'information culturelle. Passionnée de littérature et de musique , mes pages donnent trop accès à la
musique et pas assez à la littérature lol mais le but est le même , le partage.