Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lalettrine.com

Anne-Sophie Demonchy
Des livres, des films, des expos et bien plus encore...

 

Mail : annesophiedemonchy [a] lalettrine.fr

Twitter : @asdemonchy

Mon CV : annesophiedemonchy.com

 

 

768 000  lecteurs et
plus de 230 livres chroniqués
depuis le 21 août 2006

follow-me-twitter.png

Recherche

Ma bibliothèque

Mes livres sur Babelio.com

Archives

Infos







logo-lettrine-negre-litteraire.jpg

 

 

classement-lettrine.jpg

 





28 janvier 2007 7 28 /01 /janvier /2007 11:21


Léonora Miano, souvenez-vous, est un auteur engagé. Elle est camerounaise, mais vit en France depuis 1991. En 2005, elle publie donc son premier roman chez Plon, L’Intérieur de la nuit, l’année suivante, encouragée par la reconnaissance des critiques comme des lecteurs (elle reçoit deux prix littéraires et son roman est classé 5ème au palmarès des meilleurs livres de l’année par Lire), elle revient avec un nouveau roman sur l’Afrique : Contours du jour qui vient (Plon).  

Il s’agit de l’histoire d’une fillette de 12 ans, Musango, qui habite dans une région imaginaire d’Afrique, ravagée par les guerres civiles. Quand son père vient à décéder, sa mère l’en rend responsable : Musango serait ensorcelée. Elle la chasse donc. Musango, comme des milliers d’enfants (dont la plupart sont des enfants soldats), est livrée à elle-même. Elle est recueillie par différentes personnes : certaines sont malveillantes. Elles utilisent les enfants abandonnés pour les exploiter, les prostituer. D’autres, au contraire, les accueillent chez elles et les protègent quelque temps.

Musango doit apprendre à vivre seule, loin de sa mère. Pourtant, elle part à sa recherche, essaie de comprendre pourquoi elle l’a toujours rejetée. Sa survie n’a qu’un objectif : retrouver celle qui l’a mise au monde.

Comme de nombreux romans publiés cette année, Contours du jour qui vient est un long monologue, entrecoupé de quelques dialogues. Ce qui importe c’est de comprendre la détresse et l’évolution intellectuelle et psychologique d’une enfant perdue au milieu d’un pays en proie à la violence et à la superstition religieuse.

Léonora Miano veut dénoncer ce mysticisme dont ont recours les hommes pour asseoir leur autorité et abuser des femmes qui n’osent se défendre. En effet, au début de son aventure, Musango est recueillie par un Gourou qui s’occupe de former des prostituées afin de les mener en Europe. Voici ses méthodes d’apprentissage : « il récite des prières écrites par lui et des incantations. Elle ne mange que des légumes verts. Vie Eternelle dit qu’il sait qu’elle verra bientôt son sang, qu’elle doit se tenir prête. Ils vont travailler sur elle jusqu’à ce qu’elle soit enceinte, ce qui la purifiera et lui accordera la protection du Très-Haut pendant le voyage ». Léonora Miano a fait des recherches sur les pratiques religieuses en Afrique, cela se ressent. Elle imprègne son roman d’incantations et de prières. Parfois, néanmoins, ces passages sont longs et finissent par agacer…

Néanmoins, tandis que les femmes sont soumises, Musango observe, analyse et refuse ce monde qu’on lui propose : tandis que le gourou ne cesse de psalmodier que l’homme est supérieur à la femme (ces propos proviennent de saint Paul), la fillette remarque : « (…) la gloire de l’homme telle que professée en ces lieux réclame leur totale soumission et que cette dernière passe par une mort qui ne dit pas son nom. C’est pour cela qu’elles ont été créées, pour être des cadavres vivants ».

Léonora Miano remet également en cause les croyances des hommes, africains comme européens, qui s’imaginent que ce continent est voué à un destin tragique et violent. Musango déclare, et à travers elle l’auteur : « notre peuple n’a pas soudain enfanté une génération de petits êtres malfaisants, et bien des démons n’existent qu’au fond de nous. C’est ce que nous croyons qui finit par prendre corps, et par nous dévorer (…). Je crois que la misère est une circonstance, non pas une sentence ». Alors, si en effet, Musango dépeint un peuple en perdition, l’espoir est présent, elle nous annonce les « contours du jour qui vient ».

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne-Sophie - dans Pas mal...
commenter cet article

commentaires

May 18/04/2007 19:18

Miss Miano a un site, et vous y trouverez certainement de quoi mieux la connaître:
www.leonoramiano.com

Anne-Sophie 18/04/2007 20:42

Qui êtes-vous May ? Merci pour le lien, le site est très bien, j'espère qu'il se développera encore au fil du temps.A bientôt

Jessica 09/04/2007 13:59

Je ne comprends pas cette polémique soulevée par May. Pouvez-vous être plus claire ?

May 12/02/2007 12:10

Merci, de donner envie de lire L.Miano.
Ne vous sentez pas insultée par mes propos concernant votre lecture de L'intérieur de la nuit.
J'appelle eurocentrée, toute vision globalisante de l'Afrique, qui laisserait penser que ce n'est pas un continent très divers, mais une sorte de totalité, que les auteurs africains ne font pas oeuvre de littérature mais en quelque sorte d'anthropologie, qu'ilsne font pas des choix d'auteurs, mais du documentaire...
Cette vision consiste à considérer que seuls les occidentaux sont en mesure de produire de l'universel, tandis que les autres ne peuvent que parler d'eux-mêmes....
L'universel est présent, chez cet auteur. Il me semblait que vous ne le voyiez pas.

Bastien 03/02/2007 11:10

Après les OUbliés, je vais me laisser tenter par le Miano. Il est encore bien vbisble dans ma librairie. Et tu m'as donné envie de le lire....

Florinette 30/01/2007 11:27

J'attendais ta critique avant de savoir si je me lançais dans ce livre, même si tu dis qu'il y a des passages qui se trainent en longueur je suis  bien tentée de le lire. ;-)

Anne-Sophie 30/01/2007 12:42

N'hésite pas. Certains passages sont longs mais l'ensemble est très bien écrit et fait réfléchir aux conditions de vie des Africains.