Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lalettrine.com

Anne-Sophie Demonchy
Des livres, des films, des expos et bien plus encore...

 

Mail : annesophiedemonchy [a] lalettrine.fr

Twitter : @asdemonchy

Mon CV : annesophiedemonchy.com

 

 

768 000  lecteurs et
plus de 230 livres chroniqués
depuis le 21 août 2006

follow-me-twitter.png

Recherche

Ma bibliothèque

Mes livres sur Babelio.com

Archives

Infos







logo-lettrine-negre-litteraire.jpg

 

 

classement-lettrine.jpg

 





6 décembre 2006 3 06 /12 /décembre /2006 19:38

    Mai 1985, à Bruxelles, finale de la coupe d’Europe opposant les Reds de Liverpool à la Juventus de Turin. Trente-neuf spectateurs italiens sont morts, écrasés, broyés, des centaines d’autres gravement blessés par l’assaut des Hooligans. Ce funeste épisode de l’histoire du football a inspiré à Laurent Mauvignier son sixième roman, Dans la foule, publié aux éditions de Minuit. Je ne suis ni sportive ni supporter d’aucune équipe. J’ai longtemps hésité à entamer la lecture de ce roman qui a fait la Une de divers suppléments littéraires (Libération, La Croix…) et de magazines (La Matricule des Anges du mois d’octobre lui consacre onze pages) et a reçu en septembre le Prix des lecteurs de la Fnac. Et puis, j’ai rencontré Laurent Mauvignier pour une lecture au Théâtre de la Colline et je n’avais alors pas été convaincue.

            Quelle surprise en lisant ce gros roman de près de 400 pages et d’admettre qu’il n’y est guère question de football. Dans la première partie, l’histoire se met en place. Les différents personnages sont présentés, lentement, par petites touches. Il y a donc les Français Jeff et Tonino, les Anglais Geoff et ses frères, les jeunes mariés italiens Tania et Francesco et les Belges Gabriel et Virginie. Tous se sont rencontrés, par hasard, à Bruxelles, la veille de la finale à laquelle ils comptent bien assister. Pour fêter l’événement, ils vont boire des bières dans des pubs. L’alcool coule à flot, des billets pour le match sont volés…

            Le jour de la finale arrive. Les supporters sont là mais la foule les envahit et les emporte. Gabriel entend des cris. Les Hooligans commencent le massacre. On ne voit rien, on entend des cris, on perçoit des peurs, des terreurs, des blessures. C’est la cohue, le trouble. Et finalement, dans ce petit groupe retrouvé à l’hôpital, il en manque un…

           

            Ce roman est encore polyphonique : tour à tour et à l’intérieur d’un même chapitre (il faut être vigilent) Geoff, Jeff, Tania et Gabriel vont prendre la parole. Ils racontent, selon leur point de vue, ce qui s’est passé. Chacun a vécu ces événements différemment. Mauvignier a choisi le monologue pour mettre en forme son roman. « Certains personnages ont la parole, d’autres pas, confie-t-il dans un entretien pour Le Matricule des Anges. Pour parler il faut être du mauvais côté du manche (…) » ou être « un perdant ». Les personnages s’expriment avec beaucoup de finesse et de profondeur. Jeff, par exemple, décrit de façon épique les mouvements de foule et le massacre au stade, en spectateur impuissant : « ces fronts, ces mains levés, une femme qui sort en courant et moi qui veut l’aider – ce type avec sa veste de survêtement rouge dont le rouge se confond avec celui sur les cheveux parce que c’est le même rouge que sur la moitié de son visage, ce sang qui dégouline et cette bouche ouverte, la main sur les cheveux – il avance vers moi – je ne veux pas – je ne peux pas ». On est bouleversé également par la suite lorsque Tania cherche désespérément Francesco. Et l’on craint en lisant la confession de Geoff, peut-être pas si innocent que cela dans cette tragédie.

 

Lire l'avis de In Cold Blog et de Clochette

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne-Sophie - dans Vraiment bien !
commenter cet article

commentaires

clochette 06/01/2007 13:37

J'ai adoré ! Je conseille à chacun de le lire, il se démarque de la production actuelle et c'est vraiment un livre riche en émotions. Je viens de le chroniquer sur mon blog. Je me suis permise de te mettre en lien Anne-Sophie, je trouve ta critique intéressante et complémentaire de la mienne.

Anne-Sophie 06/01/2007 15:59

Ravie que ce roman te plaise également. Te voici en lien !A bientôt

Thomas 15/12/2006 08:50

La Fnac a donné son prix à Mauvignier. Ca m'a étonné parce que c'est un large lectorat qui vote pour ces livres, hors celui-ci n'est pas facile d'accès, il mérite une certaine concentration, du moins attention. Ca fait plasir en tout cas !

Kevin 07/12/2006 23:58

Un très bon bouquin... sur le foot... Comme quoi on peut écrire et aimer le foot !

Killroy 07/12/2006 21:06

Coucou ! Ce soir j'ai un petit service à te demander... En fait j'aurais bien aimé avoir ton avis d'experte es lecture sur un livre (2 tomes qui ne sont qu'un seul livre en version originale) que je viens de terminer et qui (à mon avis) n'est pas ton style de lecture habituel. Justement ce qui m'intéresserait beaucoup c'est de savoir ce qu'une grande lectrice passionnée de littérature peut penser d'une telle oeuvre (j'ai mon propre avis bien sûr mais l'intérêt est ailleurs). Dis moi si tu es d'accord, auquel cas je te donnerai le titre ! Sinon, pas de soucis hein !
Bonne soirée...

Marie 07/12/2006 17:40

C'est un roman MAGNIFIQUE, j'ai vraiment trouvé que l'émotion l'emportait sur tout autre impression. C'est long, c'est vrai, mais tellement bon !