Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lalettrine.com

Anne-Sophie Demonchy
Des livres, des films, des expos et bien plus encore...

 

Mail : annesophiedemonchy [a] lalettrine.fr

Twitter : @asdemonchy

Mon CV : annesophiedemonchy.com

 

 

768 000  lecteurs et
plus de 230 livres chroniqués
depuis le 21 août 2006

follow-me-twitter.png

Recherche

Ma bibliothèque

Mes livres sur Babelio.com

Archives

Infos







logo-lettrine-negre-litteraire.jpg

 

 

classement-lettrine.jpg

 





14 septembre 2006 4 14 /09 /septembre /2006 11:56


 

    Catastrophe… Alors que je me faisais une joie de vous présenter le nouveau roman de Javier Cercas, A la Vitesse de la lumière (publié aux éditions Actes Sud), il m’est arrivé un drame... Exceptionnellement, je vais parler un peu de moi… Mardi matin, je suis partie très chargée avec divers livres que je venais d’acheter- notamment Puisque rien ne dure de Laurence Tardieu et le roman de Cercas- et mes cours (parce que je suis professeur). J’ai pris le RER aux heures de pointe et durant le trajet, je me suis plongée dans la lecture d’un article de presse. J’étais si absorbée qu’à ma station je suis descendue du train oubliant mon sac ! Trop tard… Mes livres étaient perdus… J’ai remué ciel et terre pour retrouver mon petit sac, mais hélas, quelqu’un a dû le trouver, découvrir mes trésors et les garder. Je lance une bouteille à la mer (c’est beau d’avoir de l’espoir…) : si vous aussi preniez le RER A mardi à 8 heures et demi en direction de la Varennes, peut-être avez-vous récupéré un très joli sac noir de la marque Jonak et avez-vous découvert ces deux très beaux romans de Cercas et de Tardieu… Alors, je vous envie… et vous souhaite une bonne lecture !

            J’ai découvert Javier Cercas en lisant un article dans la revue littéraire Transfuge. L’accent y était mis sur l’histoire du Vietnam. En effet, le narrateur, un jeune homme désirant écrire, s’installe dans une université américaine. Il y rencontre Rodney avec qui il parle de littérature, notamment de Hemingway et de son désir de devenir écrivain. Le roman propose une théorie sur ce métier de « cinglé » car selon Rodney, « l’artiste est celui qui rend visible ce qui est déjà visible et que tout le monde regarde et que personne ne peut ou ne sait ou ne veut voir ». Un jour, Rodney disparaît. Le narrateur inquiet, rend visite au père de celui-ci qui lui raconte pourquoi son fils est si étrange et versatile : Rodney a connu les horreurs de la guerre du Vietnam en tant que soldat. Le narrateur décide alors de faire de ce récit un roman pour lui rendre hommage mais surtout pour trouver un sens à sa propre vie.

            Ce roman est très riche: il y est question des horreurs de la guerre, de la puissance des Etats-Unis et de la soumission du Vietnam, du traumatisme des soldats et de leur incapacité à oublier les atrocités perpétrés là-bas. Mais Cercas aborde encore un autre thème en filigrane : l’écriture.  

            Comme mon livre est peut-être en votre possession, je n’ai pu lire les 80 dernières pages… Mais, ce que j’ai lu m’a vraiment transporté. L’écriture est fluide, les péripéties nombreuses, les personnages ont une véritable épaisseur psychologique. Faites-moi plaisir : lisez-le !

 

 L'avis de Cathe

 



 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne-Sophie - dans Vraiment bien !
commenter cet article

commentaires

dasola 04/08/2008 11:04

Bonjour, j'ai lu ce livre en 2007 et j'en ai d'ailleurs fait un billet le 19/07/07. Je l'avais trouvé remarquable, bien écrit avec une histoire très originale. J'ai vu qu'il est paru en poche. Je ne saurais trop le recommander. Bonne journée.

grain de sel 02/03/2008 16:02

On aurait affaire, avec "les soldats de Salamine", à une oeuvre de réconciliation, soucieuse de refermer les plaies en douceur, sans pour autant nier des préférences républicaines.Le livre est intéressant, pose plus de questions qu'il n'en résout, mais salecture peut décourager dans les 50 premières pages qui se repère mal dans le contexte historique et les personnages. Des hésitations, voire descontradictions (exécuter ou non Mazas ? p.217 et 219), font que le récitpeut déconcerter.Mais l'intérêt de l'enquête et l'originalité de ladémarche d'écriture justifient le succès actuel de cette oeuvre.http://grain-de-sel.cultureforum.net/litterature-dite-europeenne-du-sud-du-nord-et-de-l-est-f17/javier-cercas-t1343.htm?highlight=cercas

dasola 17/11/2007 20:17

Roman très bien construit avec des personnages que l'on n'oublie pas. C'est rare de lire que le rêve de quelqu'un est d'être un écrivain raté. Je ne connaissais pas cet auteur. Mais je lirai son prochain.

Joëlle 11/12/2006 22:27

J'ai découvert ce roman le mois dernier en flânant dans une librairie de mon quartier. C'est un roman fabuleux. Vraiment stimulant.

Sylvie 21/10/2006 11:14

Tu n'as vraiment pas eu de chance ! Moi, j'avais aussi bien envie de lire La vitesse de La lumière.

Anne-Sophie 21/10/2006 20:52

Oui Sylvie, ça vaut vraiment, vraiment le coup! C'est très bien écrit et le roman te tient en haleine jusqu'au bout!!!Bon Week end !!