Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lalettrine.com

Anne-Sophie Demonchy
Des livres, des films, des expos et bien plus encore...

 

Mail : annesophiedemonchy [a] lalettrine.fr

Twitter : @asdemonchy

Mon CV : annesophiedemonchy.com

 

 

768 000  lecteurs et
plus de 230 livres chroniqués
depuis le 21 août 2006

follow-me-twitter.png

Recherche

Ma bibliothèque

Mes livres sur Babelio.com

Archives

Infos







logo-lettrine-negre-litteraire.jpg

 

 

classement-lettrine.jpg

 





27 juillet 2009 1 27 /07 /juillet /2009 20:35

Le bandeau annonce que L’Eclat du diamant est le polar de l’été. Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais en vacances, sur la plage, je n’aime pas porter un pavé de 620 grammes (dixit l’éditeur) à bout de bras… encore moins lire un roman destiné à me faire réfléchir… Car L’Eclat du diamant est un polar, mais c’est aussi une enquête journalistique et un « roman sociétal » sur l’univers du marketing et du capitalisme. Ces trois aspects se croisent et font de l’ensemble un roman assez complexe …

 

Tout commence par divers assassinés. Le commissaire Delajoie et toute son équipe du 36 Quai des Orfèvres sont chargés de découvrir le mobile et l’identité du meurtrier. Très vite, une enquête publiée dans la presse les met sur la piste d’un groupe industriel très puissant : TamTam communications dont le projet essentiel « consiste à concevoir des programmes, du contenu pour les chaînes de télévision ».

 

Si vous êtes comme moi et que vous êtes au niveau zéro en connaissance marketing, consulting et autres bizarreries de ce genre, le livre est une sorte de stage de découverte dont on ressort écoeuré.

 

Ainsi, vous aurez l’impression en lisant ce roman que TamTam communications ressemble étrangement à Bouygues et à sa chaîne de télé TF1. On nous explique ainsi qu’ « une chaîne de télévision c’est d’abord une entreprise privée, qui doit, dans une perspective bisness, générer un maximum de bénéfices pour ses actionnaires. Ca s’appelle le « capitalisme » et, je vous rassure, ça n’est pas moi qui l’ai inventé. Or, la seule manière de gagner beaucoup d’argent dans ce secteur c’est grâce à la publicité. Et plus vous avez de personnes qui peuvent regarder vos écrans publicitaires, plus vous pourrez facturer cher cette location de votre temps d’antenne. C’est ça une télé privée, ça propose, à des marchands, du temps et de l’espace pour faire la promotion de produits et de services ». Ca ne vous rappelle rien cet espace de temps disponible ? Le protagoniste démonte le système : pour qu’une pub soit rentable, il faut attirer le plus de monde possible, avec un programme qui ne coûte pas cher (les séries seraient idéales…) et il « doit être en état, le téléspectateur, de recevoir le sacro-saint message publicitaire. (…) Le programme doit être limpide, transparent, le degré zéro de la sollicitation neuronale ». Le même développement aura lieu quelques chapitres plus loin pour nous faire comprendre comment se sont implantés les magasins de grande distribution au détriment des petits commerces, pourquoi on utilise le terme « ménagère de moins de 50 ans », etc. Certains seront sans doute sceptiques prétendant que ce roman outrepasse ses fonctions pour prendre la forme sinon le ton du documentaire… Aimant le mélange des genres, j’y ai trouvé mon compte…

 

Pour ceux qui ont toujours rêvé de s’infiltrer dans la police et savoir vraiment comment ça se passe au quotidien, L’Eclat du diamant est un guide de premier choix. Ainsi, on apprend qu’une « donneuse » est un indicateur, « raton laveur » est un flic de la scientifique, et que les « flight cases [sont] dotées de tout le « matos » pour révéler « l’invisible » sur les lieux du crime comme les traces de sang effacées par exemple. Des considérations sur le juge d’instruction, les relations entre les flics et les bœuf-carottes agrémentent le roman et lui apportent une dimension supplémentaire. A condition, encore une fois, d’aimer ce côté documentaire… Pour les autres, vous trouverez certainement votre intérêt dans l’intrigue. L’équipe de Delajoie utilise toutes les techniques - modernes comme traditionnelles - pour retrouver le criminel, allant de témoins en fausses pistes, d’hypothèses en déductions…

 

Il m’a semblé en lisant ce roman qu’une équipe se cachait derrière ; chacun à son rôle : l’un se renseignant sur l’univers carcéral, la pub, l’autre écrivant le synopsis donnant lieu à cet énorme objet multiforme. Bien évidemment, on m’a assuré que Monsieur John Marcus est une seule et même personne. Soit. Ce n’est pas cela l’important, pas plus que l’écriture d’ailleurs. Car l’histoire, elle, très copieuse, est bien ficelée, les digressions sur la société de consommation et la pub à la télé sont passionnantes… J’aurais eu tort, malgré l’objet-livre peu séduisant à mon goût, de ne pas me laisser tenter. Et vous ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne-Sophie - dans A priori... mais
commenter cet article

commentaires

François 26/03/2010 15:17


Bonjour,

Hé bien j'ai trouvé ce livre très intéressant et pour le moins original : cette plongée dans l'univers de la pub et du consumérisme sur fond d'intrigues policières bien ficelées m'a laissé une
drôle de sensation à la fin de la lecture, quelque chose de nouveau. Comme si je décodais tout d'un coup une réalité que j'avais sous les yeux depuis toujours, une réalité sans prisme....Ca fait
limite peur ! En tout cas, l'auteur doit être un acteur (repenti ?) de ce "monde" étrange tant il est bien rendu.


Claude Molland 04/11/2009 19:10


réellement excellent ce bouquin. J'avais lu votre avis mais je l'ai découvert à la fête de l'Huma lors d'une opération de prêt menée par l'éditeur (idée géniale pour faire découvrir de nouveaux
auteurs je trouve, même si je reste dubitatif sur l'aspect économique de l'histoire). Bref, un vrai bon polar, intelligent avec des thèmes de société pour le moins actuels. Interessant d'apprendre
ce que sont vraiement les mages arrière lorsque l'Etat assigne justement en justice 9 grandes enseignes pour pratiques mafieuses à l'égard de leurs fournisseurs. A recommander vivement à tous les
citoyens qui en ont marre de se faire mordre par les "vampires" !!!


laurent 18/08/2009 16:50

bonjour, j'ai reçu aussi ce paveau, jusqu'à présent je lis essentiellement des polars, des thriller et bien sûr des livres/ témoignages en rapport avec la police (Place Bauveau, les RG...). J'en suis au chapitre 10, l'intrigue me plait, mais je suis assez déboussolé par ces digressions et ce côté reportage sur les chaines de TV et les media/ communication. Je n'apprends pas grand chose sur l'organisation de la police ...J'aime lire, donc je vais poursuivre, le point de départ laisse le champ libre ...@+

Anne-Sophie 10/08/2009 22:40

Tu dois faire preuve de patience si tu le lis... Mais j'espère que tu n'auras pas l'impression de perdre ton temps...

Nanne 10/08/2009 20:33

J'ai reçu ce pavé qui m'a beaucoup impressionnée par le nombre de ses pages et le contenu ! Je voulais le lire cet été, au repos, mais je me suis laissée tenter par d'autres ouvrages qui attendaient depuis trop longtemps pour ne pas être lus ... Ce que tu en dis m'inciterait à le lire assez rapidement. Surtout s'il est construit un peu comme un documentaire sur les services de police !