Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lalettrine.com

Anne-Sophie Demonchy
Des livres, des films, des expos et bien plus encore...

 

Mail : annesophiedemonchy [a] lalettrine.fr

Twitter : @asdemonchy

Mon CV : annesophiedemonchy.com

 

 

768 000  lecteurs et
plus de 230 livres chroniqués
depuis le 21 août 2006

follow-me-twitter.png

Recherche

Ma bibliothèque

Mes livres sur Babelio.com

Archives

Infos







logo-lettrine-negre-litteraire.jpg

 

 

classement-lettrine.jpg

 





25 mai 2009 1 25 /05 /mai /2009 14:58

Avez-vous remarqué qu’en automne, au moment de la rentrée littéraire, ce sont toujours les mêmes livres qui apparaissent à la fois dans les colonnes des magazines et sur les listes des prix littéraires ? C’est tellement systématique que l’on n’accorde plus aucun crédit à ces prix qui sont souvent le fruit d’âpres négociations entre éditeurs et membres des jurys.

 

Toutefois, on dirait que certains ont envie que la situation évolue et que les lecteurs découvrent des auteurs méconnus. Nils-C. Ahl, Benjamin Fau et Stéphane Rose ont en effet eu l’idée d’inventer le prix de l’Inaperçu en hommage à John Kennedy Toole (vous savez, l’auteur de La Conjuration des imbéciles, qui s’est suicidé dépité de ne pas être publié). Ils sont partis d’une triple constatation :

« 1- les prix font parler de livres dont on parle déjà

2- les prix font vendre des livres qui se vendaient sans eux

3- les prix récompensent un nombre non négligeable d'ouvrages qui n'auront pas d'autre postérité que celle de figurer dans des listes à la fin des dictionnaires ou des anthologies (et encore, pas dans toutes) ».

Et d’en conclure : « A la lumière de cette triple constatation, il paraissait logique de créer un prix presque iconoclaste pour récompenser des livres :

1- dont on a (presque) oublié de parler

2- qui n'ont pas rencontré leur public

3- qui ne dépailleraient pas dans la bibliothèque de l'honnête homme et pas seulement pour caler un pied ou par amour des bandeaux rouges ».

 

Sur ces critères, « sont admis à concourir pour le prix de l’inaperçu – en deux catégories (française et étrangère) –  les livres : (1) qui n’ont pas reçu plus de deux ou trois revues critiques ; (2) dont les ventes n’ont pas dépassé le millier d’exemplaire (plus ou moins) ; et (3) qui l’auraient bien mérité, pourtant. Sur ces critères, on retiendra entre 0 et 3 titres par maison d’édition et par catégorie (et non par collection ou série). Ces livres seront proposés à la lecture d’un comité qui définira deux listes (française et étrangère, donc) à soumettre à l’examen d’un jury ».

 

Sélection du Prix de l'Inaperçu - français 2009 :

- Dominique Conil, En espérant la guerre, éditions Actes Sud

- Dominique Dussidour, Le Risque de l’histoire, éditions Laurence Teper

- Marie Frering, Désirée, Quidam éditeur

- Charlie Galibert, L’autre, Anacharsis

- Mathieu Goguel, Press Book, Erreur Système

 

Sélection du Prix de l'Inaperçu - étranger 2009

- Fernando Aramburu, Le Salon des Incurables, éditions Buchet Chastel

- Giosuè Calaciura, Conte du Bidonville, éditions Les Allusifs

- Einar Már Guðmundsson, Le Testament des gouttes de pluie, Editions Gaïa

- Anthony McCarten, Mort d’un Superhéros, éditions Jacqueline Chambon

- Shin Kyong-suk, La Chambre solitaire, éditions Philippe Picquier

 

Résultat demain, au Café de l’Industrie à Paris, sur les coups de 21 heures…

 

Pour consulter le site : www.prixdelinapercu.fr/

Partager cet article

Repost 0

commentaires

thomas p 10/10/2010 22:40



Je viens de finir "l'autre" de Galibert. Imprressionante pièce que ce "roman-gouttes" comme j'ai lu quelque part à son propos, par opposition aux romans fleuves.


Très recommandable: drôle, poétique, intriguant, questionnant mais non répondant...



Superliseuse 26/05/2009 22:53

Alors, qui a reçu l'Inaperçu cette année ?

Michel 26/05/2009 10:56

A écouter aussi la chronique ce dimache que lui consacrait François Busnel sur France Info à ce propos.http://www.france-info.com/spip.php?article0&theme=36&sous_theme=39C'est vraiment une très bonne initiative. A un moment, François Busnel demande à un libraire comment faire pour que les journalistes, les libraires puissent ne pas passer à côté d'ouvrage de qualité. Réponse : "C'est impossible." Il y a le temps mais aussi l'énergie, ses propres aspirations, parfois sa propre paresse intellectuelle (là je parle pour moi). Non vraiment, c'est une sacré bonne initiative.

Christophe 26/05/2009 01:31

Chouette initiative que ce prix. Anne-Sophie, ton article me fait penser que parfois, la littérature gagnerait en richesse si son système commercial était plus dépouillé.Enfin, douce utopie... J'ai hâte de connaître l'heureux élu.

Anne-Sophie 25/05/2009 15:20

Qui sait, l'année prochaine ?