Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lalettrine.com

Anne-Sophie Demonchy
Des livres, des films, des expos et bien plus encore...

 

Mail : annesophiedemonchy [a] lalettrine.fr

Twitter : @asdemonchy

Mon CV : annesophiedemonchy.com

 

 

768 000  lecteurs et
plus de 230 livres chroniqués
depuis le 21 août 2006

follow-me-twitter.png

Recherche

Ma bibliothèque

Mes livres sur Babelio.com

Archives

Infos







logo-lettrine-negre-litteraire.jpg

 

 

classement-lettrine.jpg

 





22 avril 2009 3 22 /04 /avril /2009 17:45

Et voilà, on part quelques jours en vacances et au retour, fraîche et dispos, on apprend que J.G. Ballard, l'auteur de Sauvagerie, le roman d’anticipation qui nous avait tant bouleversé il y a quelques mois de cela, est mort… C’était dimanche dernier, J.G. Ballard avait 78 ans.


Contrairement à ce que l’on peut dire sur son œuvre (essentiellement des nouvelles), il ne s’agit pas de science fiction mais de littérature visionnaire. L’auteur décrit une situation contemporaine angoissante et la pousse à son paroxysme… Il y dénonce notre société hyper sécuritaire qui étouffe notre conscience comme notre liberté de penser.


Deux romans de J.G. Ballard sont particulièrement connus car ils ont tous deux été adaptés au cinéma : L'Empire du soleil par Steven Spielberg et Crash ! par David Cronenberg. Dans L'Empire du soleil, l’auteur revient sur son enfance, passée en Chine où son père est PDG de la filiale d’une entreprise anglaise de textile. Pendant la Seconde guerre mondiale, la famille Ballard est internée par les Japonais dans un camp de détention.


C’est au cours de ses études de médecine que J.G. Ballard découvre sa véritable vocation : l’écriture. Il quitte les bancs de l’université sans diplôme et commence à écrire des nouvelles qui ne seront pas publiées. Quelque temps plus tard, passionné d’aviation, il décide de s’engager dans l’armée de l’air à la Royal Air Force. C’est à cette occasion, un peu par hasard, qu’il découvre des revues de science-fiction américaines. C’est vers ce genre qu’il se tourne à partir de 1955. Il écrit sa première nouvelle de SF, Passeport pour l’éternité.


Par la suite, il se lance dans l’écriture de nombreuses nouvelles de SF qui paraissent dans des revues britanniques. Il a alors un agent littéraire, Ted Carnell, qui est également directeur de Science Fantasy et New Worlds.


Dans les années 1970, J.G. Ballard prend ses distances avec la SF, ses romans et nouvelles se voulant alors plus ancrés dans le réel. Il se dirige vers ce que l’on appelle de l’anticipation sociale.


En 2008, en Grande-Bretagne paraît son autobiographie, Miracles of life. L’auteur annonce que ce doit être son ultime livre mais quelques mois plus tard, en octobre, il se lance dans l’écriture de Conversations avec mon médecin… Mais il meurt suite à un cancer de la prostate avant d’avoir mis un point final à son projet.

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne-Sophie - dans Tout le monde en parle
commenter cet article

commentaires

jc26 05/05/2010 21:44



"il ne s’agit pas de science fiction mais de littérature visionnaire. L’auteur décrit une situation contemporaine angoissante et la pousse à son paroxysme" ... C'est la définition de la
Science-Fiction. J'ai malheureusement en vous lisant l'impression que votre connaissance de le SF en est restée aux romans d'aventres transposés dans un cadre spatial, style qui en a fait les
beaux jours ... dans les années 30 !


John Brunner, JG Ballard, Phillip Dick pour citer les anciens, mais aussi C Stross (et son magnifique Accelerando), S Baxter, Hamilton (pour citer des vivants) poussent une situation
contemporaine à son paroxysme . Lisez par exemple "Jack Barron et l'éternité" de Norman Spinrad écrt en 1969 et vous aurez une description effrayante de réalisme des médias d'aujourd'hui (et de
demain!).


 


Comme le disait R Silverberg à qui on demandait ce qu'était la SF "c'est tout ce qui est édité dans une collection SF". Or Ballard a fait paraîtr (par exemple) la forêt de cristal dans The
Magazine of Fantasy and Science Fiction.


Il est trés étrange (et bien dommage) de dire du bien d'un auteur en dénigrant le genre littéraire auquel il appartient. Mais malheureusement vous n'êtes pas la seule, et bon nombre de
bibliothécaires (mais aussi d'éditeurs aujourd'hui) suivent la même pente et rangent (ou rééditent) des auteurs de SF "classiques" dans le rayon "littératre générale".


Je vous propose un nouveau proverbe : Qui veut accuser un genre littéraire d'être mauvais le vide de ses bons livres .



bric à brac baroque 24/11/2009 10:43


Je découvre avec plaisir cet auteur...n'ayant plus énormément le temps de lire parce que je bosse et que j'écris, je suis heureuse d'avoir découvert votre site, pour pouvoir faire mes choix sans
perte de temps.


JF 23/04/2009 00:58

Merci à vous de parler d'un TEL MONSIEUR que ballard.... aprés updike, il y a quelques mois.... encore un grands qui s'en va.... La seule "bonne nouvelle" dans tout ça.... c'est que le public va pouvoir redécouvrir son oeuvre.... enfin je l'espère.... en tant que libraire, j'y veillerai à mon petit niveaumerci encore

Roffi 22/04/2009 18:44

A noter que le journal Le Monde paru ce soir (daté du jeudi 23 avril) lui consacre une impressionnante nécrologie.