Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lalettrine.com

Anne-Sophie Demonchy
Des livres, des films, des expos et bien plus encore...

 

Mail : annesophiedemonchy [a] lalettrine.fr

Twitter : @asdemonchy

Mon CV : annesophiedemonchy.com

 

 

768 000  lecteurs et
plus de 230 livres chroniqués
depuis le 21 août 2006

follow-me-twitter.png

Recherche

Ma bibliothèque

Mes livres sur Babelio.com

Archives

Infos







logo-lettrine-negre-litteraire.jpg

 

 

classement-lettrine.jpg

 





23 janvier 2009 5 23 /01 /janvier /2009 15:45

Ce matin, en consultant mes statistiques, une bonne nouvelle m’attend : le nombre de visiteurs a explosé…

 

L’espace d’un instant, j’imagine que Wrath est derrière ce buzz. Hier, avec la mauvaise foi qu’on lui connaît bien, elle affirmait que les auteurs publiés dans la collection Exprim’ sont pistonnés par Antoine Dole et que moi-même n’étais pas innocente : « En attendant, la clique habituelle de blogueurs joue au traditionnel renvoi d'ascenseur. Si je comptais tous les posts dithyrambiques que La Lettrine a consacrés aux éditions Sarbacane, j'y passerais la nuit (cf 19 janvier 2009, 16 janvier 2009, 5 août 2008, 3 août 2008, interview de l'éditeur Tibo Bérard le 25 juillet 2008,...) Mais non non non, le copinage n'existe pas dans le milieu vertueux de l'édition... »

 

En fait, Wrath, vous n’êtes pas à l’origine de ce buzz mais je compte bien profiter de cet espace pour vous répondre en retour. Avant cela, je veux mettre fin au mystère : hier matin, Florence Ben Sadoun, l’auteur de La Fausse Veuve, était l’invitée de l’émission « C’est au programme » sur France 2. Un certain nombre de téléspectateurs a dû vouloir lire ce que l’on disait sur Internet de ce récit. Merci Google… On ne sait jamais, on peut devenir « copains » lui et moi…

 

A propos de copains et de copinage, revenons à vous, Wrath … Je souhaite revenir sur le sujet parce que précisément, je connais un peu le milieu de l’édition, m’en méfie beaucoup, ai quitté mon stage au Figaro il y a quelques années un peu écoeurée par ce qui s’y passait parfois… et me tiens plutôt sur mes gardes quand un éditeur ou un auteur vient vers moi, parce que je veux être libre d’écrire ce que je veux. C’est pourquoi, je ne réponds plus à l’offre de Babelio ou Chez les filles. Je n’ai pas envie de garantir que j’écrirai ou non un article. Si je n’ai rien à en dire, je n’ai pas envie de me contraindre.

 

D’autre part, vous affirmez que je jouerais au « traditionnel renvoi d’ascenseur » avec Tibo Bérard. Je ne comprends pas bien ce point de vue… Que dois-je attendre de cet éditeur ? Une publication dans sa collection ? Un poste de collaboratrice ? Ou bien de façon plus prosaïque des cadeaux, restos ?... Eh bien non, chère Wrath, je n’attends rien des éditeurs dont je trouve la démarche intéressante. Dois-je vous préciser au passage que je ne fréquente ni Tibo Bérard, ni aucun des auteurs publiés chez Sarbacane ?

 

Je me demande pourquoi vous ne m’avez pas accusé de défendre sans cesse les éditions Quidam, parce que s’il m’est arrivé à plusieurs reprises de critiquer, de façon plutôt positive (mais ce serait à nuancer… Je vous engage à relire mes billets sur Coffee et Gadji) les romans publiés chez Exprim’, que dire de ceux publiés par Quidam ? Or, contrairement à ce que vous croyez, cet éditeur est la personne la plus discrète que je connaisse. Je le croise, très rarement, à des rencontres avec ses auteurs. Il travaille seul, est passionné de littérature… Je n’attends rien de lui si ce n’est de publier de bons bouquins qui sortent des sentiers battus. Je ne vois pas pourquoi je me priverai de ce plaisir.

 

Vous savez, Wrath, depuis de longs mois, je suis comme vous, dans la zone. J’ai sympathisé avec des auteurs que j’apprécie, j’en croise quelques uns de loin en loin, suis heureuse de les retrouver car nous avons des discussions communes, un même goût pour les lettres et l’écriture. Mais jamais je ne me suis sentie obligée de faire un billet sur un de leurs livres. Il en est de même avec les éditeurs ou les attachées de presse. J’en connais certains, mais on ne se doit rien…

 

Je finirai mon petit laïus sur la critique… Vous me reprochez enfin, chère Wrath de ne pas faire de critique. Depuis quelques semaines, vous vous en prenez à Yann Moix qui ne saurait écrire des articles et devrait prendre exemple sur vous. Vous avez l’impression que le fait de déverser toute votre bile sur l’écran au sujet d’un bouquin relève de la critique. Rédiger un billet positif reviendrait pour vous à se montrer complaisant dans un but bien précis : attendre un « cadeau » en retour. La critique, ce n’est pas cela : c’est donner un point de vue de façon argumentée, sans rien attendre en retour, ni haine ni merci.

 

Voilà, chère Wrath… Je voulais que les choses soient bien claires entre vous et moi.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Max 17/11/2010 22:04



Comme la boule qui enfle en se gavant de neige, le seul pseudo de Wrath fait s'empiler les messages au coin de ton article... Je trouve cela amusant au final. De mon côté, je feuillette en
dilettante les blogs littéraires pour y piocher quelques pistes vers la nouveauté. A coup sûr, ce n'est pas chez la fille Jaillant que je dénicherai ma pépite : elle est grossière d'aveuglement,
entre la haine, le déni perpétuel et sa copinophobie délirante. Son entêtement lui fait évidemment perdre tout crédit. Non, sans déconner, heureusement que la Lettrine tient le cap pour nous
parler sereinement de mots, d'idées, de pages à déguster et de rêves à poursuivre. Ce mini-échauffement à l'égard de la Londonienne hérissée s'avère presque de trop, puisqu'il ne
changera rien de rien, mais je te pardonne déjà en lorgnant vers tes dernières propositions de lecture. Merci, Anne Sophie, de poser ainsi les lampes à nos pieds : tes gestes valent
bien plus que toutes les wratheries du siècle !



Sonia 21/03/2010 09:43



En surfant, je viens de tomber sur le fameux manuscrit de Lise Marie Jaillant :

http://lisemariejaillantlemanuscrit.baywords.com/

Me dites pas que c'est parce que les éditeurs ont refusé cette pauvre daube qu'elle a sali tout le monde depuis 5 ans ??



Angèle Paoli 31/07/2009 23:03

"La critique, [...] c’est donner un point de vue de façon argumentée, sans rien attendre en retour, ni haine ni merci."Rien que pour cette phrase, Anne Sophie, j'ai envie de t'embrasser. Bravo à toi, Angèle

ecaterina 29/04/2009 22:07

j'adore ton mot  !:)bises,

bon sens 26/01/2009 18:24

Je n'ai pas été claire : pour moi non plus il ne s'agit absolument pas de copinage.Mais pour elle, je pense que ce type même de démarche est suffisant pour être taxé de "copinage"... Je m'étonnais qu'une personne utilise les moyens qu'elle décrie. Je m'étonnais et je trouvais cela... comique qu'elle soit attrapée les doigts dans le pot de confiture :)