Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lalettrine.com

Anne-Sophie Demonchy
Des livres, des films, des expos et bien plus encore...

 

Mail : annesophiedemonchy [a] lalettrine.fr

Twitter : @asdemonchy

Mon CV : annesophiedemonchy.com

 

 

768 000  lecteurs et
plus de 230 livres chroniqués
depuis le 21 août 2006

follow-me-twitter.png

Recherche

Ma bibliothèque

Mes livres sur Babelio.com

Archives

Infos







logo-lettrine-negre-litteraire.jpg

 

 

classement-lettrine.jpg

 





13 octobre 2008 1 13 /10 /octobre /2008 13:08

Ce week-end, contrairement à ce qui était prévu, je n’ai pu aller aux différents salons et organisations à Paris. J’aurais aimé feuilleter les revues, participer à la fête du Livre comme il se doit, mais un événement inattendu a détourné mes plans : un long voyage au pays des Inuit. Une telle virée ne pouvait pas se refuser.

 

Il y a quelques années, j’avais lu avec passion Les Derniers rois de Thulé de Jean Malaurie (Terre humaine – Pocket) qui décrit avec simplicité et précision la vie des derniers Esquimaux. L’auteur a vécu avec ce peuple, a partagé ses repas, ses mœurs et ses traditions. Jean Malaurie s’adresse à un public occidental, curieux de savoir comment vit un peuple ancestral menacé de disparaître. A l’origine, l’ethnologue devait se contenter de rédiger des rapports scientifiques sur les Inuit mais quand les Américains ont installé sur cet espace polaire une base militaire secrète, il a compris que le peuple était réellement menacé et qu’il fallait agir en racontant, au travers d’un livre, son histoire et sa richesse. Contrairement à ce que l’on pourrait croire a priori, ce document, épais, est écrit avec beaucoup de simplicité. Jean Malaurie a le souci de rendre son travail accessible et de partager sa passion pour le Grand Nord.

 

Il est un autre moyen d’amener les novices vers la culture Inuit, c’est la littérature. L’auteur le plus connu est sans doute le danois Jørn Riel. J’ai découvert les racontars il y a plus de dix ans, un peu par hasard, sur les tables de la librairie Mille Pages. Ce sont des histoires brèves racontant de façon burlesque le quotidien de trappeurs du Groenland, seuls sur la banquise, en manque de femmes mais toujours en quête d’aventures qui se révèlent plus ou moins loufoques. Ces racontars visent donc à instruire par le rire. Mais Jørn Riel peut être également plus sérieux, quand il se lance dans l’écriture de romans et de trilogies qui retracent l’histoire d’un peuple, ses mœurs et ses coutumes.

 

Il se trouve que Jørn Riel qui vit actuellement en Malaisie (après avoir passé plus de seize ans au Groenland ainsi que dans de nombreuses contrées) est de passage pour quelques jours en France. Bien entendu, je ne pouvais passer à côté d’un tel événement. Je me suis donc équipée pour passer un week-end complet en compagnie de Jørn Riel et des Inuit. Le séjour fut fatiguant puisque j’ai traversé de nombreux paysages arctiques, ai craint pour ma survie dans ce climat hostile aux milieux des Inuit et des Indiens en guerre (Le Chant pour celui qui désire vivre), puis je me suis reposée quelque temps avec le jeune Agojaraq qui m’a présenté sa famille eskimo dans le Grand Nord canadien (La Maison de mes pères)… J’ai eu un peu de mal à accepter certaines traditions comme le viol des hommes pour prendre femmes, j’ai beaucoup appris auprès des chamans qui délivrent une sagesse ancestrale… Mes compagnons d’aventure étaient souvent des anti-héros plein de verve et d’imagination. Peu à peu, je me suis sentie plus proche de ces femmes, qui au fil des siècles (Le Chant pour celui qui désire vivre se déroule en effet sur un millénaire) ont appris à se défendre et à ne plus être les esclaves des hommes et à devenir des héroïnes (Le Jour avant le lendemain)… La solitude était difficile parfois au milieu de ces paysages désertiques, loin de toutes connexions avec la vie moderne. Mais la bonne humeur et la générosité des Inuit m’ont permis de faire un voyage chaleureux.

 

Je suis rentrée fourbue de ce long périple mais comblée !

 

 

Tous les livres de Jørn Riel sont parus chez Gaïa et pour la plupart disponibles en 10/18:

Les racontars :

- Le Roi Oscar (sorti en septembre est une reprise de quatre racontars. Le livre est accompagné d’un CD : lecture du comédien Dominique Pinon)

- La circulaire et autres racontars

- Les Ballades de Haldur et autres racontars

- Le canon de Lasselille et autres racontars

- Un gros bobard et autres racontars

- Le voyage à Nanga, un racontar exceptionnellement long

- Un curé d'enfer et autres racontars

- La passion secrète de Fjordur et autres racontars

- Un safari arctique et autres racontars

- La vierge froide et autres racontars

 

Les romans et trilogies :

- Une épopée littéraire

- Le garçon qui voulait devenir un être humain (coffret de 3 tomes)

- La maison de mes pères - 1 - Un récit qui donne un beau visage ; 2 - Le piège à renards du Seigneur ; 3 - La fête du premier de tout

- La faille

- La maison des célibataires

- Le chant pour celui qui désire vivre- 1 - Heq ; 2 - Arluk ; 3 - Soré

- Le jour avant le lendemain

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne-Sophie - dans Bon divertissement
commenter cet article

commentaires

Géraldine 15/10/2008 00:25

Une bonne façon également de découvrir ou d'approfondir "Le Grand Nord" : Mémoire Glacées de Nicolas Vanier. Ce n'est pas un roman et ça m'a ôté pas mal d'idées préconçues de la tête. Un beau voyage dans le blanc !

Pascale 13/10/2008 23:00

Jorn Riel, j'aime beaucoup, aussi... Je ne sais pas si tu as entendu parler ou lu un très beau livre d'Hervé Le Tellier: Inushuk, l’homme debout. Magnifique !

Maryline 13/10/2008 21:16

*que tu aurais eu torT d'annuler*, je devrais enlever mes moufles quand je tape sur le clavier...

Maryline 13/10/2008 21:14

*tchoum* mais c'est un superbe voyage que tu aurais eu tord d'annuler....et ma liste s'allonge... (suis dans la biographie de Maupassant pour l'instant ;))

Sébastien 13/10/2008 15:24

Brrrr ! il souffle un air glacial sur ton blog... gageons que tu ne nous ramènes pas une tempête de neige... Tu n'as sans doute pas perdu au change avec ce voyage... ca où les moiteurs des salons du livre ;)Merci pour ce coup de projecteur sur cette littérature perdue dans le blizzard des librairies... Je connaissais un peu Malaurie pour son combat pour le peuple Inuit mais très peu la littérature Inuit à proprement parlée : heureusement que La Lettrine donne des pistes aux traqueurs... de livres.