Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lalettrine.com

Anne-Sophie Demonchy
Des livres, des films, des expos et bien plus encore...

 

Mail : annesophiedemonchy [a] lalettrine.fr

Twitter : @asdemonchy

Mon CV : annesophiedemonchy.com

 

 

768 000  lecteurs et
plus de 230 livres chroniqués
depuis le 21 août 2006

follow-me-twitter.png

Recherche

Ma bibliothèque

Mes livres sur Babelio.com

Archives

Infos







logo-lettrine-negre-litteraire.jpg

 

 

classement-lettrine.jpg

 





20 septembre 2008 6 20 /09 /septembre /2008 14:39

Il arrive parfois que l’on fantasme sur un livre, que l’on invente son histoire, son atmosphère. Et que, une fois le livre ouvert, celui-ci n’ait n’a pas grand rapport avec ce que l’on avait imaginé. On est déçu… Pourtant, le livre n’est en rien responsable de notre horizon d’attente.

Avant de lire Le Chemin parcouru d’Ishmael Beah, j’avais mille références en tête : le magnifique et terrifiant Allah n’est pas obligé d’Amadou Kourouma, Johnny chien méchant d’Emmanuel Dongala, American Darling de Russel Banks, etc. Tous ces romans sont de pures fictions, imaginées par des auteurs plus ou moins étrangers à ces destins d’enfants soldats, embrigadés de force par l’armée africaine ou les rebelles. A chaque fois, l’écriture magnifie, transcende les actes barbares.

Rien de tel avec Le Chemin parcouru car nous n’avons pas affaire à un roman mais à un témoignage, celui d’un jeune homme, né en 1980, au Sierra Leone. Il raconte son parcours d’enfant soldat, sauvé par l’Unicef qui le recueille et lui trouve une famille d’adoption.

Ces mémoires n’ont pas une vocation littéraire. Ce n’est pas mal écrit. Mais ici, l’écriture ne présente aucun intérêt. Ce qui importe c’est le chemin parcouru de cet enfant qui, après avoir connu l’enfer de la guerre, après avoir tué des hommes, des femmes et des enfants, apprend à se pardonner et à se reconstruire.

Ce livre est intéressant car au lieu de nous présenter une vision apocalyptique de la guerre et du destin des enfants soldats, il montre également le travail effectué par l’Unicef. Certains prétendront que c’est plein de bons sentiments, que l’on est dans l’angélisme. Je ne crois pas. C’est un témoignage, pas de la littérature, qui propose une réflexion sur le devenir des ces enfants livrés à eux-mêmes, une fois la guerre finie.



Le Chemin parcouru – Mémoires d’un enfant soldat, Ishmael Beah, Presses de la Cité, 268 p., 18,70 €


Partager cet article

Repost 0
Published by Anne-Sophie - dans Festival America 2008
commenter cet article

commentaires

amanda 21/09/2008 13:10

il faisait partie de la sélection de septembre du prix Elle. Je suis d'accord avec toi. J'ai aimé le ton de l'auteur, qui n'essaye à aucun moment de se dédouaner ou de se trouver des excuses.