Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lalettrine.com

Anne-Sophie Demonchy
Des livres, des films, des expos et bien plus encore...

 

Mail : annesophiedemonchy [a] lalettrine.fr

Twitter : @asdemonchy

Mon CV : annesophiedemonchy.com

 

 

768 000  lecteurs et
plus de 230 livres chroniqués
depuis le 21 août 2006

follow-me-twitter.png

Recherche

Ma bibliothèque

Mes livres sur Babelio.com

Archives

Infos







logo-lettrine-negre-litteraire.jpg

 

 

classement-lettrine.jpg

 





1 décembre 2007 6 01 /12 /décembre /2007 19:27

Qui a dit à un jeune auteur voulant être publié : « On n'entre ici qu'avec une réputation faite ! Devenez célèbre, et vous y trouverez des flots d'or » ? Réponse : le libraire Dauriat au jeune poète Lucien de Rubempré dans Les Illusions perdues de Balzac. Cette lecture d’un des grands romans du XIXème siècle n’est pas dépaysante mais paradoxalement très rafraîchissante. Elle permet en effet de se rendre compte que dès cette époque l’économie du livre était mise en place et que pour être édité, les obstacles, comme aujourd’hui étaient multiples.

Dans cet extrait, Lucien se rend avec quelques amis journalistes chez le libraire le plus influent de Paris pour lui présenter un manuscrit. Mais Dauriat se montre immédiatement réticent. Son premier argument est qu’il reçoit de trop nombreux manuscrits et qu’il peine à tout lire. L’idée lui viendrait presque d’avoir un comité de lecture pour le seconder dans la sélection des textes : « j'aurai bientôt besoin d'une administration pour régir le dépôt des manuscrits, un bureau de lecture pour les examiner ; il y aura des stances pour voter sur leur mérite, avec des jetons de présence, et un Secrétaire Perpétuel pour me présenter des rapports ». Devant la ténacité de ses visiteurs, il avance un second motif : il ne veut pas d’un auteur inconnu, qui n’a rien publié car cela ne lui rapporte aucun avantage : « Moi, je ne m'amuse pas à publier un livre, à risquer deux mille francs pour en gagner deux mille ; je fais des spéculations en littérature (…). Il faut autant de peine pour faire prendre un nom nouveau, un auteur et son livre, que pour faire réussir les Théâtres Etrangers, Victoires et Conquêtes, ou les Mémoires sur la Révolution, qui sont une fortune. Je ne suis pas ici pour être le marchepied des gloires à venir, mais pour gagner de l'argent et pour en donner aux hommes célèbres ». Je suis sûre que ces paroles vous rappellent quelque chose…

Lucien a ensuite le malheur de lui apprendre qu’il est poète. Selon Dauriat, les lord Byron, Lamartine et Hugo sont à l’origine d’une « invasion de barbares ». Une nouvelle génération veut imiter ses aînés sans art et sans talent, espère connaître la même gloire littéraire qu’eux et « sous prétexte d'originalité, les jeunes gens se livrent à des strophes incompréhensibles, à des poèmes descriptifs où la jeune Ecole se croit nouvelle en inventant Delille ! »

Après son laïus sur les vers qui « dévoreront la librairie », il accepte de lire le manuscrit de Lucien et lui promet que si les textes lui plaisent, il fera de lui « un grand poète » !

Le retournement de situation peut sembler étrange mais le libraire a simplement voulu montrer à Lucien que c’est lui qui décide de son destin.

Sur le chemin du retour, l’un des journalistes explique au poète que ce libraire est « le ministre de la littérature » et que dans sa boutique s’y rencontrent tous les gens importants de Paris. Et de conclure : « aujourd'hui, pour réussir, il est nécessaire d'avoir des relations. Tout est hasard, vous le voyez. Ce qu'il y a de plus dangereux est d'avoir de l'esprit tout seul dans son coin ».

 

Alors, dépaysés ? 

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne-Sophie - dans Polémiques
commenter cet article

commentaires

David Marsac 24/10/2010 15:43



Balzac est à plus d'un titre un auteur à la page, et d'autant plus contemporain qu'il vient tout juste d'être ressuscité dans un ouvrage de Kol Osher, inconnu, rare et précieux. Balzac
revient ! Reste à savoir si le plus volumineux des écrivains français a encore quelque chose à nous dire. Amusez-vous bien en visitant notre site. 



quetzal3 14/07/2008 17:11

En effet, le portrait que Balzac a dressé de son époque  est époustouflant tant par la puissance du style que parsa captation du réel.Non, il n' y a pas de dépaysement sur les pages balzaciennes, c'est l'univers dans ce qu'il a de plus de plus vertigineux qui est couché sous nos yeux, ce sont les affres de la condition humaine dans lesquels l'homme est toujours tombé et tombe encore aujourd'hui. Du gratte-papier aliéné à l'éditeur influent qui n'aime que le pouvoir de l'argent et sa ridicule gloriole...

Patrick 20/06/2008 20:42

Article pertinent et commentaires éclairants !Ecrire est une passion, être lu légitime, être édité pas une fin en soi. Le danger est que la désillusion guette celles et ceux se découvrent écrivain parce qu'ils mettent leur "ego" en avant ; qui croient être une star du jour au lendemain... Un blog pour être célèbre : foutaises !Ecrire sans relachements, suivre sa route et partager. rester humble. Après le reste...

salamone giuseppe 03/12/2007 17:12

Hier, aujourd'hui et certainement encore demain, les relations et le copinage feront qu'à toute épreuve de réussite, l'entraide fonctionnera toujours. (le piston c'est plus jolie)"Pourquoi diable la littérature devrait échapper à cela?"  -Les rapports que les humains entretiennent dans toutes les catégories professionnelles, passionnés ou pas, ne peuvent être qu'identiques.  -Là, il est assurément vrai que  la reconnaissance lorsqu'on écrit et que l'on a atteint le stade de la célébrité individuelle cela semble être jouissif, réconfortant.  -Mais pas de fausse joie, quelle galère ! les blogs sont là pour le prouver et je ne connais personne qui en écrivant ne voudrait pas qu'on le flatte de posséder la plus belle des plumes, c'est humain !"L'illusion et la dérision doivent toujours accompagner notre esprit."Bonne soirée Anne-Sophie

Nath 03/12/2007 09:14

Je suis comme tout le monde je crois, dépaysée non, démoralisée oui. En même temps, il faut continuer de se battre pour arriver à quelque chose, ne pas baisser les bras et foncer. Un jour, la chance frappera à notre porte. Ou alors dans une prochaine vie ;o)