Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lalettrine.com

Anne-Sophie Demonchy
Des livres, des films, des expos et bien plus encore...

 

Mail : annesophiedemonchy [a] lalettrine.fr

Twitter : @asdemonchy

Mon CV : annesophiedemonchy.com

 

 

768 000  lecteurs et
plus de 230 livres chroniqués
depuis le 21 août 2006

follow-me-twitter.png

Recherche

Ma bibliothèque

Mes livres sur Babelio.com

Archives

Infos







logo-lettrine-negre-litteraire.jpg

 

 

classement-lettrine.jpg

 





19 septembre 2007 3 19 /09 /septembre /2007 16:47

Je dois être mal lunée ou avoir un humour snobinard (vous ai-je conseillé le Dictionnaire de Littérature à l’Usage des snobs, chez Scali ?), mais j’ai été très déçue par Le Potentiel érotique de ma femme de David Foenkinos, le chouchou de ces dames dans la zone. Je n’ai pas été conquise ; j’attendais mieux…

 

Le début s’annonçait bien. Un type, Hector, qui « avait une tête de héros », décide de se suicider. Mais il rate complètement son projet en faisant un malaise dans les couloirs du métro ! Il passe six mois en maison de repos, histoire de se remettre et de soigner ses pulsions pour les collections de toutes sortes : « les timbres, les diplômes, les peintures de bateaux à quai, les tickets de métro, les premières pages des livres, les touilleurs et piques apéritif en plastique… » (je vous épargne la liste entière). Il croit guérir en rencontrant une certaine Brigitte…

 

L’histoire est assez originale : un homme, après avoir collectionné des objets, collectionne les mouvements du quotidien de sa femme qu’il trouve terriblement érotiques. Pourquoi pas. Mais, certaines situations m’ont ennuyée, et la fin du livre s’essouffle un peu.

Sans-titre-2.gif

En découvrant le livre, j’ai été séduite, comme vous certainement, par l’humour de David Foenkinos. Le narrateur ne cesse de s’immiscer dans le récit et certaines réflexions sont vraiment plaisantes. Pourtant, si certaines situations m’ont amusée, les comparaisons sont vraiment tordues. Par exemple, quand Hector revient chez lui après six mois d’absence, la concierge feint de s’être inquiétée pour lui : « vous savez, cette façon d’être faussement inquiet, cette façon de se rêver en 1942, avec une voie si aiguë qui, tout près d’une voie, ferait dérailler un train ». Si vous avez compris, n’hésitez pas à m’expliquer…

 

Néanmoins, j’ai pris plaisir à lire certains passages, notamment quand le narrateur comprend que son frère est le préféré de la famille et paradoxalement « se sent presque bien ; il faut le comprendre, c’est la première fois de sa vie qu’il se trouve face à une évidence ». J’ai beaucoup aimé le portrait des parents, complètement décalés. Je suis restée encore très attentive quand Hector et Brigitte se rencontrent. Mais une fois que le quotidien s’installe dans leur couple, ainsi que l’ennui, je me suis installée à mon tour dans la routine et les « bons mots » du début du roman m’ont lassée…

Je sais bien que ce roman n’est pas au coeur de l’actualité, mais comment aborder Qui se souvient de David Foenkinos, si je ne connais pas l’auteur !

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne-Sophie - dans Sans intérêt
commenter cet article

commentaires

Cécile de Quoide9 08/08/2008 05:13

Marrant de relire ce message après 10 mois et alors que je viens de tenter de lire un 2e Foenkinos. J'ai arrêté après deux courtes pages. J'expliquais pourquoi sur mon blog pas plus tard qu'hier (07/08/08).J'attends le message promis à propos des titres de romans...  ;o)

Anne-Sophie 08/10/2007 08:03

Oui, c'est vrai que je ne fais pas l'unanimété dans la zone. Mais bon... Je donne mon point de vue de lectrice. J'étais terriblement déçue.... Quant au titre, en général d'ailleurs, j'en ferai un billet un jour...

Cécile de Quoi de 9 08/10/2007 00:30

Ah ! Miracle ! ENFIN je trouve sur la blogosphère des personnes qui partagent plus ou moins ma déception à propos de ce livre. Je suis à 120% d'accord avec tout ce qu'a écrit Anne-Sophie (y compris sur les meilleurs passages) et avec la plupart des commentaires. J'ajouterais ceci :- quelques bons mots de temps en temps ne suffisent généralement pas pour écrire un bon roman (même si Beigbeder y parvient),- une bonne idée de départ non plus,- c'est plutôt mal écrit (euphémisme... à certains moments je me suis même demandée si le manuscrit avait été relu par l'éditeur),- je ne suis pas du tout sensible à l'humour absurde (c'est pourquoi je n'avais pas aimé non plus "comment je suis devenu stupide" de Page dont le début est "étrangement" similaire à celui du livre de Foenkinos),- finalement le mieux dans "le potentiel érotique de ma femme" c'est le titre.Bon, je vais voir si le miracle se produit une 2e fois avec l'élégance du hérisson... sait-on jamais.   ;o)

Anne-Sophie 23/09/2007 13:21

Merci Benoît : je vais de ce pas consulter ton lien.A bientôt !

Littérroriste 23/09/2007 13:10

J'ai personnellement trouvé ce livre très "potache", une bonne blague de lycéen dénué de toute sensualité qui voudrait nous faire croire à un eùbrasement des sens.Pour nourrir le débat :http://litterroriste.blogspot.com/search/label/david%20foenkinosAmicalementBI