Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lalettrine.com

Anne-Sophie Demonchy
Des livres, des films, des expos et bien plus encore...

 

Mail : annesophiedemonchy [a] lalettrine.fr

Twitter : @asdemonchy

Mon CV : annesophiedemonchy.com

 

 

768 000  lecteurs et
plus de 230 livres chroniqués
depuis le 21 août 2006

follow-me-twitter.png

Recherche

Ma bibliothèque

Mes livres sur Babelio.com

Archives

Infos







logo-lettrine-negre-litteraire.jpg

 

 

classement-lettrine.jpg

 





7 septembre 2007 5 07 /09 /septembre /2007 11:33

Sans-titre-1.gif
J
’aime le récits d’enfance, surtout quand l’auteur est parvenu à prendre de la distance par rapport à son histoire familiale, suffisamment pour faire de son passé une histoire qui touche à l’imaginaire.

C’est ce tour de force qu’a réussi le danois Knud Romer, avec Cochon d’Allemand (aux éditions Les Allusifs). Quand il naît en 1960 dans la petite ville de Nykobing Fallster, « ville si petite qu’elle se termine avant même d’avoir commencé », l’auteur se voit traiter de « cochon d’Allemand ». Il ne sait pas ce que cela signifie. Il remarque néanmoins que ses camarades ne veulent pas de lui, les commerçants vendent systématiquement des produits à sa mère, les habitants font le salut nazi en signe de mépris lorsqu’ils passent dans la rue. Mais, en reconstituant l’histoire de sa famille, il va comprendre que des années après la fin de la guerre, les Danois conservent un sentiment de haine à l’égard des Allemands, même si ceux-ci étaient opposés au régime nazi, voire résistants, comme ce fut le cas de sa mère.

Dans ce roman, à l’humour corrosif, Knud Romer raconte le destin de sa mère, séparée de sa famille pendant la guerre, ayant réussi à récupérer, pour un temps, les biens de ses parents confisqués par les nazis, cette mère héroïne et pourtant rejetée dans la petite ville danoise où elle est venue rejoindre son mari. L’auteur ne se contente pas de retracer le parcours de sa mère et de ses grands-parents, il raconte également avec nostalgie et humour quelques souvenirs de son passé. J’ai beaucoup aimé le passage où il explique comment il a eu le goût pour la lecture : grâce au sexe ! « Le sexe était un grand inconnu ; dans la famille, ça n’existait pas ». Or, en allant chez Papa Schneider, son grand-père, il examina la bibliothèque et trouva une encyclopédie illustrée. Il tomba sur la photo d’ « une femme nue, le teint rose, pas un poil sur le corps, pas un cheveu sur la tête – complètement chauve ! » : il pu déplier l’image, observer les boyaux et les tripes. Mais cette vision « écoeurante » lui « donna envie de lire ».

Le livre entier est écrit dans cet esprit décalé mais également satirique : Knud Romer dénonce l’étroitesse d’esprit de ces gens incapables d’ouverture d’esprit et d’intelligence.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne-Sophie - dans Pas mal...
commenter cet article

commentaires

sylvie 11/04/2008 15:51

J'ai mis du temps à lire ce livre, mais il y avait tellement de critiques positives, qu'elles ont vraiment forcé ma curiosité. J'ai été émue bien sur par cette histoire autobiographique et le destin tragique de la mère est^très douloureux. Pour le style, je dirai que l'auteur a choisi la trag-comédie pour traiter de ce sujet grave et personnel. C'est interessant et original.

Bernie 27/02/2008 20:17

Un anti-héros

Anne-Sophie 11/09/2007 17:03

N'hésite pas. Ce serait sympa de boire un verre ensemble ou de vister quelques librairies animées... Ou que sais-je...

Choupynette 11/09/2007 12:10

hé oui...!! c'est bien dommage. mais je compte bien faire un tour sur paris cet hiver. je te préviendrai!

Anne-Sophie 10/09/2007 13:23

Dommage que tu n'habites pas la région parisienne ! On aurait pu se rencontrer au Zango.